Bourse > Pétrole > Pétrole : Le brut affecté marginalement par le fmi
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.85 -2.10 %
50.84Ouverture : 51.20+ Haut : 49.72+ Bas :
-1.95 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 59 665Volume :

Pétrole : Le brut affecté marginalement par le fmi

tradingsat

(CercleFinance.com) - En raison de l'étroitesse de la relation entre croissance économique et demande de pétrole, le cours du baril se tassait en cette fin de semaine. Vendredi midi, le cours du baril de Brent de Mer du Nord livrable en mars se tasse de 0,3% à 111,2 dollars, le WTI américain de même livraison cédant de 0,9% à 99,5 dollars.

Bien que la nouvelle ne soit pas encore officielle, “selon le FMI, la zone euro va entrer dans une période de légère récession en 2012. La contraction du PIB devrait être de 0,5% en 2012”, rapporte la banque privée genevoise Pictet & Cie.

En séquence, la croissance mondiale aura donc été selon le FMI de - 0,7% en 2009, de 5,1% en 2010 et de 4% en 2010, suivant le World Economic Outlook de septembre. Selon les dernières informations, la prévision de croissance de 2012 sera donc ramenée de 4% à 3,3%.

Comme l'Agence internationale de l'Energie détermine ses prévisions de consommation de brut en fonction des projections de PIB du FMI, le cycle de révision en baisse devrait donc continue. L'AIE ne table plus que sur 1,2% de croissance de la demande en 2012.

En outre, hier, les stocks de pétrole brut hebdomadaires publiés par l'Energy Information Agency (EIA) ont reculé de 3,4 millions de barils à 331,2 millions d'unités. Il s'agit de la première baisse après trois semaines consécutives de hausses.

A priori précurseur d'une demande soutenue, cette évolution n'est guère enthousiasmante : selon Harry Tchilinguirian et Gareth Lewis-Davies, stratégistes Pétrole chez BNP Paribas CIB, 'ce retrait a été induit par une chute marquée des importations', et non pas pas un regain de consommation. De plus, dans l'absolu, le niveau de ces stocks reste proche du haut de la bande de fluctuation à cinq ans.

En outre, les stocks de distillats (fuel domestique et diesel) ont augmenté de 0,5 million d'unités environ à 148 millions, et ceux d'essence de 3,7 millions à 223,8. Les réserves commerciales d'essence sont 'très élevées' et la hausse des distillats va contre les tendances habituelles de la saison, ajoute BNP Paribas CIB.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...