Bourse > Pétrole > Pétrole : Le brent revenu sur les 100 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.51 +1.10 %
51.00Ouverture : 51.66+ Haut : 50.87+ Bas :
+1.00 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 43 057Volume :

Pétrole : Le brent revenu sur les 100 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Pour la première fois de l'année 2012, le cours du Brent est passé sous la barre symbolique des 100 dollars ce matin en séance, du jamais vu depuis le début du mois d'octobre 2011. Vers 12 heures 45, le cours du Brent de mer du Nord reprend son mouvement de baisse et cède 1,8% à 100 dollars, le WTI américain le suivant de 1,9% à 84,9 dollars.

Publiés hier avec un jour de retard en raison de Memorial Day observé lundi aux Etats-Unis, l'état hebdomadaire des stocks pétroliers de l'Energy Information Agency s'est révélé plus décevant que prévu : les réserves commerciales de brut ont effectivement progressé pour la 9ème semaine d'affilée. En hausse de 2,2 millions d'unités à 384,7 millions de barils, ces stocks ne témoignent donc d'aucun problème d'approvisionnement du marché américain. Il faut remonter fin juillet 1990 pour retrouver un chiffre supérieur à celui-ci.

A l'inverse, et alors que la “driving season” a officiellement commencé la semaine dernière, les réserves d'essence continuent de reculer à 200,2 millions d'unités la semaine passée.

En dépit de la demande de carburant automobile, la consommation des Etats-Unis ne parvient donc pas à absorber l'approvisionnement du pays en pétrole brut. Il est vrai que l'OPEP a sensiblement augmenté sa production ces derniers mois et que son objectif de ramener le baril vers 100 dollars semble maintenant atteint.

En outre, l'économie européenne, qui se dirige vers la récession à un rythme plus rapide que celui qui était anticipé, tend également à alimenter la baisse. Les indicateurs décevants provenant d'Inde ou de Chine laissent d'ailleurs craindre que l'ensemble de l'économie mondiale ne ralentisse sérieusement.

Un spécialiste nord-européen livrait d'ailleurs ce matin l'interprétation suivante : 'actuellement, la focale des marchés financiers se déplace des seules difficultés de l'Europe vers la probabilité croissante que la croissance mondiale se retrouve cette année sous pression'. Le brut, dont la demande est par nature liée à l'intensité de l'activité économique, ne peut qu'en souffrir.

Enfin, le dollar continue de s'apprécier contre l'euro, ce qui tend à faire baisser d'autant le prix du baril dont c'est la devise de référence.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...