Bourse > Pétrole > Pétrole : Entre économie et politique, le brut indécis
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.85 -2.10 %
50.84Ouverture : 51.20+ Haut : 49.72+ Bas :
-1.95 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 59 665Volume :

Pétrole : Entre économie et politique, le brut indécis

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le brut maintenait ses gains ce midi avant un annonce très attendue de la Fed qui, si elle concrétisait les attentes d'une bonne partie des investisseurs, pourrait peser de nouveau sur la valeur du dollar. Vers 13 heures 15, la prochaine échéance du contrat sur le baril de Brent de mer du Nord progressait symboliquement de 0,2% à 116,2 dollars, le baril WTI américain le suivant de 0,7% également à 97,8 dollars.

Hier, l'Energy Information Agency (EIA) américaine a fait état d'une hausse de deux millions de barils des stocks de pétrole brut américain. C'est une déception pour cet indicateur de la demande américaine, d'autant plus que le consensus de marché tablait sur une baisse d'un volume équivalent.

Notons cependant que les réserves commerciales d'essence, elles, ont continué de reculer à 197,7 millions d'unités, contre 198,9 millions la semaine précédente.

Notons qu'une part importante de la hausse récente du prix du baril tient aux anticipations de “QE 3”. “Selon les prévisions des économistes, la Réserve fédérale américaine devrait donc annoncer (ce soir) un troisième tour d'assouplissement quantitatif, ou QE3, à l'issue de sa réunion de deux jours qui se termine aujourd'hui, tout en prolongeant sa politique à taux zéro jusqu'en 2015”, résume le courtier européen RTFX.

“Pour cette raison, le billet vert s'est échangé proche d'un plus bas de quatre mois face à la monnaie unique étant donné que les probabilités d'un nouveau tour d'assouplissement quantitatif sont très élevées et dilueraient la valeur du dollar américain”, explique RTFX.

Le dollar étant l'unique devise de négoce des échanges en pétrole brut, l'affaiblissement de sa valeur relative tend habituellement à faire monter son cours d'autant.

Cependant, un nombre croissant d'intervenants ne partage pas l'opinion dominante quant au QE 3, dont Aurel BGC : 'les attentes des investisseurs sont trop fortes. La banque centrale (américaine) pourrait opter pour une mesure intermédiaire en attendant d'avoir une visibilité plus forte sur l'économie”.

Par ailleurs, si les perspectives macroéconomiques restent peu engageantes, rappelons aussi que l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a légèrement relevé hier ses prévisions de demande de pétrole pour 2012 comme pour 2013.

Enfin, les troubles politiques qui ensanglantent le Moyen-Orient de la Syrie à la Libye en passant par le Yémen viennent rappeler les tensions latentes entre Israël et l'Iran. Le programme nucléaire de Téhéran suit toujours son cours et pourrait déboucher sur l'obtention de l'arme atomique, perspective que Tel-Aviv récuse.

Notons que le Moyen-Orient recèle à lui seul 32,6% de la production de pétrole brut et 48,1% réserves prouvées.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...