Bourse > Pétrole > Pétrole : OPEP et AIE écrêtent leurs prévisions de demande
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
52.66 +0.34 %
52.48Ouverture : 52.72+ Haut : 52.46+ Bas :
+0.34 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 218Volume :

Pétrole : OPEP et AIE écrêtent leurs prévisions de demande

tradingsat

(CercleFinance.com) - OPEP, AIE, FMI : qu'il s'agisse de perspectives macroéconomiques ou de demande de brut, les dernières nouvelles de ces institutions ne sont pas des plus engageantes. Jeudi midi sur les marchés pétroliers, le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en mai restait sans tendance (+ 0,06%) à 105,8 dollars, le WTI américain de même échéance cédant 0,2% à 94,6 dollars.

Enfin, les stocks commerciaux de brut américains ont hier réservé une bonne surprise : alors que le marché craignait non seulement une nouvelle accumulation des réserves commerciales de brut outre-Atlantique, cette “jauge” de la demande US attendue an hausse de l'ordre de deux millions de barils n'a finalement augmenté que de 250.000 unités. Même si à 388,9 millions de barils, le chiffre demeure à ses plus hauts niveaux de plus de 20 ans.

Notons cependant que les prévisions de demande mondiale de brut les plus suivies ont été écrêtées ces dernières 24 heures. Depuis Vienne, le cartel pétrolier de l'OPEP a révisé hier en légère baisse (de 840.000 à 800.000 barils/jour) sa prévision de hausse de la demande pétrolière mondiale cette année.

Ce matin depuis Paris, l'Agence internationale de l'Energie afait de même, en ramenant sa prévision de progression de la demande mondiale de 820.000 barils/jour le mois dernier à 795.000 barils/jour,soit un chiffre global de 90,6 millions de barils/jour.

'Une baisse de la demande de 480.000 barils dans la zone OCDE, dont 340.000 barils/jour en Europe, devrait être compensée par une hausse de 1,28 million de barils/jour dans les autres régions du monde', indique l'organisation internationale.

L'AIE souligne qu''un regain de pessimisme économique pèse de nouveau sur les perspectives économiques mondiales. Une plus faible demande de brut, alors que les arrêts de raffineries pour cause de maintenance ont atteint un niveau exceptionnel, a ajouté à la pression' s'exerçant sur les prix du brut.

Notons que les prévisions de demande de l'AIE sont basées sur les projections macroéconomiques du FMI. En la matière le tableau est sombre. La directrice générale du fonds, Christine Lagarde, a déclaré hier qu'il ne fallait pas s'attendre cette année à ce que la croissance mondiale soit plus vigoureuse qu'en 2012.

Cette déclaration laisse entrevoir une révision en baisse des projections économiques trimestrielles du FMI, attendues le 16 avril. Selon la dernière édition du World Economic Outlook, en janvier, le PIB mondial devait progresser en 2013 de 3,5% après 3,2% en 2012, estimait alors le fonds.

Rappelons que la consommation de pétrole est étroitement liée à l'intensité de l'activité économique.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...