Bourse > Pétrole > Pétrole : modeste tentative de reprise des barils
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.51 +1.10 %
51.00Ouverture : 51.66+ Haut : 50.87+ Bas :
+1.00 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 43 057Volume :

Pétrole : modeste tentative de reprise des barils

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les cours du brut semblent se stabiliser et confirme ce midi, pour ce qui est du Brent, la reprise du seuil symbolique des 105 dollars. Ce midi, le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en mai tentait une modeste reprise de 0,4% à 105,4 dollars, le WTI américain de même échéance le suivant de 0,2% à 93,6 dollars.

En effet, du point de vue macro-économique, les opérateurs viennent de faire face à des déceptions multiples venant par exemple de la zone euro, où la gouvernance politique comme les statistiques économiques restent peu engageantes. En outre, le président de la BCE Mario Draghi a dernièrement indiqué que la reprise de l'économie du Vieux Continent au 2ème semestre, une anticipation communément admise, était désormais sujette à des doutes. Les derniers indicateurs le laissaient cependant poindre.

La plus lourde déception vient sans doute de l'économie US : attendues aux environs de 200.000, les créations de postes de l'économie américaine en mars n'ont été, en première publication, que de 88.000, selon le Bureau of Labor Statistics, leur plus faible niveau depuis juin 2012.

Cet indicateur majeur a donc déçu et jeté un doute sur la vigueur de la conjoncture US. 'Ce rapport sur l'emploi semble confirmer un risque de net tassement de l'économie américaine au second trimestre. Le consensus anticipe une croissance de 3% sur le premier trimestre et 2,2% au second trimestre”, rappelaient hier les analystes d'Aurel BGC.

Enfin, l'inflation en Chine est tombée au bas niveau relatif de 2,1% au mois de mars, ce qui n'était pas prévu et pourrait dénoter d'une décélération économique.

Rappelons que la demande de pétrole est étroitement liée à l'intensité de l'activité économique. Et que les Etats-Unis et l'Union européenne représentent respectivement quelque 20% et 16% de la demande mondiale de brut, et la Chine 11%.

Pour ne rien arranger, indiquent les analystes Matières premières de Commerzbank, l'Etat du Sud-Soudan, qui ne produit plus de brut depuis début 2012 en raison d'un conflit frontalier avec le Nord-Soudan, pourrait exporter de nouveau son brut à compter de mai prochain. Les officiels sud-soudanais tablent, à cette date, sur une production de 200.000 barils/jour.

Le Brent a donc rapidement décroché des 110 dollars auxquels il semblait précédemment bien accroché. Il est maintenant logique qu'il connaisse une phase de consolidation, et ce d'autant que le dollar a perdu du terrain : en une semaine, le billet vert américain, unique devise de négoce du brut, est passé face à l'euro de moins de 1,28 dollar à plus de 1,30.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...