Bourse > Pétrole > Pétrole : malgré l'Iran, la hausse se fait toujours
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
50.46 -1.10 %
51.25Ouverture : 51.61+ Haut : 50.29+ Bas :
-1.54 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 15 381Volume :

Pétrole : malgré l'Iran, la hausse se fait toujours

tradingsat

(CercleFinance.com) - Mardi midi sur les marchés pétroliers en Europe, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en février 2016 se tassait de 0,5% à 37 dollars, le WTI américain de même échéance le suivant de 0,3% à 36,6 dollars.

En effet, dans un Moyen-Orient ravagé les conflits, de la Syrie aux différentes régions peuplées de Kurdes en passant par le Yémen et la Libye, la tension a encore monté d'un cran. Après l'exécution d'un dignitaire chiite par l'Arabie saoudite, où la religion d'Etat est l'islam sunnite d'obédience wahhabite, l'Iran, théocratie chiite, a protesté. L'ambassade saoudienne à Téhéran a été incendiée par des activistes, et des postes consulaires saoudiens ont également été touchés.

En conséquence, Riyad a rappelé son ambassadeur en poste à Téhéran, imité par des “Etats amis” (Bahrain, le Soudan notamment), et rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran. Pour mémoire, l'Arabie saoudite mène déjà depuis près d'un an une guerre contre un mouvement rebelle yéménite affilié au chiisme et soutenu, en sous-main, par l'Iran.

Du point de vue pétrolier, rappelons que de 10 à 15% de la population saoudienne est, malgré le wahhabisme, de religion chiite. Elle se concentre de plus dans les régions saoudiennes proches du nord du golfe persique, non loin des plus importants gisements saoudiens. De plus, l'Iran occupe l'une des des rives du détroit d'Ormuz et est ainsi, potentiellement, en mesure de peser sur le trafic maritime - dont celui des pétroliers - entrant et sortant du golfe persique.

Le brut était donc orienté en nette hausse, hier matin à ces annonces, grâce à la formation d'une “prime de risque géopolitique”.

Avant de revenir sur ses gains en fin de journée, en raison d'indicateurs économiques décevants : en effet, aux Etats-Unis, l'indice PMI manufacturier a baissé en décembre à 51,2 points, soit son plus bas niveau depuis octobre 2012.

Idem en Chine pour l'indice Caixin-Markit des directeurs des achats dans le secteur manufacturier : cet indice PMI chinois est resté sous la barre des 50 séparant l'expansion de la contraction en s'établissant à 48,2 points, après 48,6 points en novembre. Signe que la conjoncture ne s'améliore pas du tout en Chine : 'la production a baissé pour la 7e fois en 8 mois', indique le communiqué de Caixin, qui met l'accent sur la faiblesse de la demande tant domestique qu'étrangère.

Or les Etats-Unis sont le premier consommateur mondial de brut, et la Chine le premier importateur.

EG


Copyright (c) 2016 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...