Bourse > Pétrole > Pétrole : les barils restent sous pression
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.51 +1.10 %
51.00Ouverture : 51.66+ Haut : 50.87+ Bas :
+1.00 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 43 057Volume :

Pétrole : les barils restent sous pression

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les barils ne parvenaient pas ce midi à se remettre des déceptions de la veille, qu'elles proviennent de Chine ou des Etats-Unis. Ainsi mardi midi, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en mars recule de 0,4% à 105,6 dollars, le WTI américain de même livraison prenant 0,1% à à 96,6 dollars.

Chez ANZ, les analystes expliquent en partie la tendance baissière du Brent par l'indice statistique décevant publié ce week-end en Chine, qui avec Hong Kong concentre 12% environ de la consommation mondiale de brut, en 2e place après les Etats-Unis (19,8%) : l'indice des directeurs d'achats 'officiel' (celui calculé par Pékin, et non celui de HSBC qui paraît un peu plus tôt) est revenu à 50,5 points pour le mois de janvier, soit son plus bas niveau en six mois. Rappelons que la barre des 50 sépare, pour ces statistiques, l'expansion (au-dessus de 50) de la contraction (en dessous).

En effet, si de par la loi fédérale le WTI américain ne peut être exporté des Etats-Unis que vers le Canada, rien n'empêche le Brent d'être dirigé vers l'Asie. Or la demande de pétrole est étroitement lié au dynamisme de l'activité économique.

Notons que le baril de référence américain a également été pénalisé, hier, par une déception américaine : “contre toute attente, l'indice ISM manufacturier aux Etats-Unis est ressorti à 51,3 en janvier contre 56,5 précédemment, et témoigne d'une chute des nouvelles commandes. Le marché de l'automobile, loin de rassurer les investisseurs, s'affiche également en repli”, explique-t-on chez Saxo Banque.

Cependant, chez Aurel BGC, on nuance ces inquiétudes en mettant en avant des facteurs conjoncturels : 'les directeurs des achats annoncent clairement un impact négatif des conditions météorologiques extrêmes du mois de janvier (le “vortex polaire”, ndlr). La production industrielle a été pénalisée et les livraisons ont été bloquées, les camions ne pouvant pas se déplacer dans plusieurs états, indique l'un des directeurs d'achat.

Quoi qu'il en soit, selon les analystes de Saxo Banque, “le WTI s'échange proche du prix le plus bas au cours des six derniers jours à cause des spéculations sur une augmentation des stocks aux Etats-Unis et sur une baisse de la consommation et donc de la demande de la Chine en pétrole, suite au ralentissement de sa croissance économique”.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...