Bourse > Pétrole > Pétrole : léger rebond du brut jeudi midi
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.73 +1.55 %
51.11Ouverture : 51.73+ Haut : 50.19+ Bas :
+1.21 %Perf Ouverture : 51.93Clôture veille : 37 176Volume :

Pétrole : léger rebond du brut jeudi midi

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le cours du brut tentait de retrouver des couleurs après le trou d'air de la veille. A cette heure, le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en juin prenait 0,9% à 100,8 dollars, le WTI américain de même échéance reprenant de 0,6% 91,6 dollars.

Hier, les opérateurs de marché ont appris que les réserves commerciales de pétrole brut des Etats-Unis avaient bondi de 6,7 millions de barils la semaine dernière, soit beaucoup plus que prévu, à 395,3 millions d'unités, ce qui représente un nouveau record depuis le début des années 90. Le brut en a subi le contrecoup.

Alors que la période de forte demande d'essence liée aux départs en vacances de la “driving season” va commencer, le marché US paraît donc plus qu'approvisionné en or noir, ce qui éloigne le risque de tensions.

De surcroît, la dernière série d'indicateurs économiques ne brosse pas un tableau des plus dynamiques des principaux consommateurs de pétrole au monde. Ainsi, en Chine, l'indice des directeurs d'achat officiel s'est établi à 50,6 points en avril. Certes, un chiffre au-delà de 50 dénote d'une expansion, mais tant le consensus (50,7) que le chiffre de mars (50,9) étaient supérieurs au chiffre publié.

Aux Etats-Unis, ce même indice (dit ISM) pour le même mois a reculé de 51,3 à 50,7 points.

En Europe enfin, on a appris ce matin que l'indice PMI final s'est replié de 46,8 en mars à 46,7 en avril. Certes, ce chiffre est supérieur à sa dernière estimation Flash (46,5), mais ce chiffre est sous la barre des 50 - ce qui dénote d'une contraction - pour le 21è mois consécutif.

Or la Chine, les Etats-Unis et l'Union européenne concentrent respectivement environ 11%, 20% et 16% de la demande mondial de brut.

En outre, selon les analystes Matières premières de Standard Bank, le brut a aussi été pénalisé hier par 'une production de l'OPEP en hausse' à 30,9 millions de barils/jour le mois dernier, indique le spécialiste. Au sein du cartel pétrolier, certains pays arabes du golfe persique ont augmenté leurs extractions afin de suppléer à la décrue persistante de celles de l'Iran, frappé par des mesures de rétorsion par la communauté internationale pour son programme nucléaire. Mais les hausses cumulées excèdent la baisse de la production iranienne.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...