Bourse > Pétrole > Pétrole : le brut toujours à la recherche de catalyseurs
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
48.31 +0.33 %
48.25Ouverture : 48.48+ Haut : 48.13+ Bas :
+0.12 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 5 643Volume :

Pétrole : le brut toujours à la recherche de catalyseurs

tradingsat

(CercleFinance.com) - En ce dernier jour de la semaine sur les marchés pétroliers, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en décembre prenait 0,8% à 48,5 dollars, le WTI américain de même échéance le suivant à distance de 0,5% à 45,6 dollars.

Le sentiment général quant au prix du pétrole ne parvient pas vraiment à retrouver une orientation positive. En effet, les dernières déclarations dénotent d'un affadissement de la croissance économique mondiale, ce dont dépend étroitement la consommation d'or noir. Il ne s'agissait de plus pas du tout du scénario envisagé - un peu comme tous les ans - en juin dernier, le second semestre étant alors attendu en nette accélération par rapport au premier. C'est bien moins clair à cette heure.

Chez Commerzbank, on note d'ailleurs qu'en dépit des rebonds de certains métaux industriels ces derniers temps, 'le sentiment des opérateurs quant aux matières premières reste négatif'.

Ce qui vaut aussi pour les produits pétroliers : en septembre, notent-ils, la Chine a exporté 1,11 million de tonnes de diesel, 'soit presque cinq fois plus que le niveau constaté en septembre 2014'.

On peut estimer que ces exportations sont le résultat d'une forte demande intérieure d'essence, qui est forcément produite parallèlement aux distillats (dont le diesel) lors du raffinage du brut. Mais il peut aussi s'agit de la conséquence d'un moindre dynamisme de l'industrie locale. Et quoi qu'il en soit, cela ajoute du diesel sur le marché mondial.

En outre, la levée progressive des sanctions internationales frappant l'Iran pourrait induire une hausse de l'offre de brut sur les marchés internationaux l'année prochaine. La thématique de la suroffre n'a donc pas disparu.

Toute la question est de savoir si la baisse des extractions américaines de pétrole brut, qui dure depuis le pic atteint en juin dernier, va se poursuivre. La semaine dernière, elles sont restées stables juste au-dessus de 9 millions de barils/jour.

EG


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...