Bourse > Pétrole > Pétrole : le brut en baisse après l'accord iranien
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
50.93 +2.17 %
50.03Ouverture : 51.02+ Haut : 49.62+ Bas :
+1.80 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 63 749Volume :

Pétrole : le brut en baisse après l'accord iranien

tradingsat

(CercleFinance.com) - En ce mardi 14 juillet sur les marchés pétroliers, marqué notamment par l'annonce d'un accord international avec l'Iran, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord d'échéance août se tassait de 1,8% à 56,8 dollars, le WTI américain le précédant de 1,9% à 51,2 dollars.

En effet, après des rebondissements, des incertitudes et 20 mois de négociations, un accord a finalement été trouvé entre l'Iran et le groupe des '5 + 1' emmené par les Etats-Unis et comprenant le Royaume-Uni, la Chine, la France l'Allemagne et la Russie. Schématiquement, l'accord prévoit une limitation par Téhéran de son programme nucléaire en l'échange d'une levée des sanctions économiques internationales frappant notamment les hydrocarbures du pays.

Les analystes Matières premières de Commerzbank invitent à la modération, puisque les levées des sanctions touchant le brut iranien n'interviendront “qu'à partir du premier semestre 2016. De plus, en cas de non respect des clauses par l'Iran, les sanctions seront renforcées dans un délai de 65 jours”.

Bref, l'afflux de brut iranien sur le marché international n'est pas pour tout de suite, d'autant que Téhéran devra auparavant réviser ses terminaux d'exportation inutilisés depuis plus de trois ans. Et ce bien que le pays dispose, de réserves “significatives” prêtes à être transbordées.

Refaisant ses calculs, Commerzbank estime que l'offre iranienne pourrait augmenter de 500.000 barils/jour d'ici mi-2016, avant 500.000 barils de mieux d'ici fin 2016.

'Si l'Opep ne parvient pas à compenser ces hausses par une réduction d'autres capacités, le surapprovisionnement du marché mondial du pétrole est bien parti pour perdurer ces deux prochaines années', conclut Commerzbank. Sachant qu'en juin, rappellent les analystes, l'Arabie saoudite, leader du cartel pétrolier, a extrait 10,56 millions de barils/jour, “un niveau record”.

Depuis Abu Dhabi, ADS Securities ajoute : “il n'y a aucune garantie que l'Iran soit capable d'ajouter un million de barils/jour à l'offre mondiale. Il nous semble donc probable que les prix du pétrole vont se stabiliser durant les prochaines heures”.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...