Bourse > Pétrole > Pétrole : le Brent se maintient autour de 115 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.73 +1.55 %
51.11Ouverture : 51.73+ Haut : 50.19+ Bas :
+1.21 %Perf Ouverture : 51.93Clôture veille : 37 176Volume :

Pétrole : le Brent se maintient autour de 115 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Alors que les débats sur une éventuelle intervention en Syrie occupent le devant de la scène, le Brent semble semble s'installer autour des 115 dollars. Mercredi midi, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en octobre se tassant de 0,5% à 115,1 dollars, le WTI américain de même échéance perdant 0,7% à 107,8 dollars.

Une fois de plus, les derniers développements de la crise syrienne sont suivis de près par les opérateurs. Bien que le poids pétrolier de ce pays moyen-oriental soit négligeable, “le dossier syrien continue d'alimenter la chronique”, résument les analystes de Saxo Banque.

Après que la Chambre des communes du parlement britannique se soit prononcée contre une intervention de l'armée britannique en Syrie, l'affaire est maintenant entre les mains des Congressmen américains. C'est cet après-midi que la commission des affaires étrangères du Sénat, la chambre haute américaine, se prononcera par un vote sur l'emploi de la force contre la Syrie, sachant que l'engagement de troupes au sol est explicitement exclu par la résolution.

Soutien de longue date de la Syrie, la Russie, par la voix du président Vladimir Poutine, a fait savoir qu'elle se tiendra prête à agir. Mais selon deux conditions très limitatives : que la preuve soit faite de l'usage d'armes chimiques par les forces loyalistes syriennes, et que le Conseil de sécurité de l'ONU valide l'opération, peut-on lire sur le site de l'agence de presse RIA Novosti.

Enfin, un débat sur ce même sujet aura lieu à l'Assemblée nationale en France, un des pays les plus en pointe pour “punir” le régime de Bachar el-Assad. Il ne sera pas suivi d'un vote, selon la répartition des pouvoirs prévue par la constitution hexagonale, dans laquelle la décision présidentielle prime.

Une fois encore, toute une série d'indices d'activités ISM publiés de par le monde, des Etats-Unis à la Chine en passant par l'Europe, se sont dans l'ensemble révélés encourageant quant à la dynamique de l'économie mondiale.

De plus, les problèmes d'offre persistent, tout spécialement en Libye, dont la production s'est littéralement effondrée au point d'avoir été pratiquement divisée par 10 ces derniers mois. Les analystes de Commerzbank rappellent que la situation ne s'arrange pas : la société pétrolière nationale, la National Oil Corporation (NOC), indique que 'le gouvernement ne contrôle toujours que deux petits terminaux d'exportation (sur la côte), et la production est tombée à 160.000 barils/jour.'

Le potentiel du pays est de l'ordre de 1,4 million de barils/jour, ce qui était grosso modo son niveau effectif au début de l'été. De plus, l'essentiel de la production libyenne, un pétrole de bonne qualité (léger et peu souffré) est dirigée vers l'Europe.

Cependant, les poussées de fièvre du cours du baril peinent à durer, en dépit d'une pointe à un peu plus de 116 dollars, hier comme ce matin sur le marché.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...