Bourse > Pétrole > Pétrole : la thématique de la suroffre toujours de mise
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.73 +1.55 %
51.11Ouverture : 51.73+ Haut : 50.19+ Bas :
+1.21 %Perf Ouverture : 51.93Clôture veille : 37 176Volume :

Pétrole : la thématique de la suroffre toujours de mise

tradingsat

(CercleFinance.com) - Calme plat avant les stocks américains pour les marchés pétroliers. Mercredi midi en Europe, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en novembre se tassait de 0,3% à 48,1 dollars, le WTI américain de même échéance l'imitant à 45,1 dollars.

Comme l'indiquent les spécialistes d'un bureau d'études parisien ce matin, “les cours du pétrole ont terminé la séance d'hier, en nette hausse, sur l'anticipation (ou l'espoir) d'annonce d'une baisse des stocks hebdomadaire de pétrole aux Etats-Unis. Les estimations de l'EIA, agence américaine d'information sur l'énergie, seront publiées aujourd'hui. Les cours du pétrole ont aussi profité de la publication de la confiance des ménages aux Etats-Unis sur le mois de septembre.”

Principal événement de l'après-midi pour les opérateurs pétroliers, en effet : l'état hebdomadaire des stocks de brut et de produits raffinés aux Etats-Unis publié par l'Energy Information Agency. Le consensus table pour l'heure, sur une quasi-stabilité des réserves commerciales de brut des Etats-Unis, tout comme de celles de distillats (fuel domestique et diesel). Celles d'essence sont attendues en baisse de l'ordre de 500.000 barils.

Notons que la confusion sur le marché du brut a été amplifiée par les déclarations émanant d'une autre institution énergétique : Commerzbank indique qu'hier, Fatih Birol, patron de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), s'est vu attribuer hier dans les colonnes d'un journal autrichien des propos qui apparemment n'étaient pas les siens. Ou pas totalement. Il se serait attendu, selon cette source, à ce que le baril de brut reste dans la zone des 45 dollars pendant un certain temps. Mais cette déclaration a été partiellement démentie plus tard par l'AIE.

Quoi qu'il en soit, ajoutent les spécialistes, la suroffre reste de mise sur le marché pétrolier, l'Irak n'étant pas le dernier à y contribuer. Selon le ministère national du Pétrole, le pays a extrait 3,912 millions de barils/jour de brut en septembre, soit 576.000 barils/jour (+ 17,3%) de plus qu'un an plus tôt.

De ce fait, calcule Commerzbank, la part de l'Irak dans la production globale est passée en un an de 3,6 à 4,6%.

EG


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...