Bourse > Pétrole > Pétrole : l'AIE relève ses prévisions de demande 2013 et 2014
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.51 +1.10 %
51.00Ouverture : 51.66+ Haut : 50.87+ Bas :
+1.00 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 43 057Volume :

Pétrole : l'AIE relève ses prévisions de demande 2013 et 2014

tradingsat

(CercleFinance.com) - A l'occasion de son traditionnel point mensuel sur les marchés pétroliers, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a légèrement relevé ses prévisions de demande. Tout en soulignant que l'accord conclu par le groupe des “5+1” sur le programme nucléaire et les sanctions iraniennes ne signifie pas que Téhéran est pleinement de retour sur les marchés pétroliers.

Ainsi, en 2013, la demande mondiale d'or noir estimée par l'AIE a été relevée de 130.000 barils/jour à 91,2 millions de barils/jour, soit + 0,2% par rapport à une prévision de 91 millions un mois plus tôt. Explication : 'une demande plus forte que prévu de la part des pays (industrialisés) de l'OCDE au 3e trimestre, qui a atteint 320.000 barils/jour.”

En 2014, la demande mondiale n'est plus attendue à 92,1 millions de barils/jour comme tel était le cas en novembre, mais à 92,4 millions d'unités quotidiennes (+ 0,3%).

Du côté de l'offre, celle des pays formant le cartel de l'OPEP a reculé en novembre de 160.000 barils/jour à 29,7 millions d'unités, soit 'son 4e mois consécutif de baisse' en raison de nouvelles interruptions des livraisons en Libye, mais aussi au Nigeria. L'OPEP a maintenu ses quotas (indicatifs) de production à 30 millions de barils/jour la semaine dernière.

Mais les pays producteurs de pétrole non membres de l'OPEP, eux, ont 'pour la première fois depuis des décennies' dépassé la barre symbolique des 43 millions de barils/jour le mois dernier.

Revenant sur le cas particulier de l'Iran, qui a signé un accord avec les pays du groupe dit des '5+1', l'AIE estime que la levée des sanctions imposées au pays se profile. Mais pas tout de suite.

'Une chose est sûre', indique l'AIE : 'en ce qui concerne le pétrole et quelle que soit son importance politique, l'accord de Genève n'a pas eu l'effet décisif que certains espéraient'. Le cours du Brent a d'ailleurs monté dans son sillage.

En effet, ajoute l'organisme international, 'les embargos européens et américains sur les exportations iraniennes de pétrole sont toujours solidement en place'. L'accord conclu comprend d'ailleurs une non aggravation des sanctions pour l'instant, la négociation d'un accord plus détaillé devant intervenir dans le six prochains mois.

Mais en attendant, si les expéditions de brut de Téhéran vers l'Inde notamment s'en trouvent facilitées, 'la levée des restrictions sur les assurances (des navires pétroliers) n'équivaut pas à une ouverture des vannes pour les exportations iraniennes de brut', juge l'AIE.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...