Bourse > Ose immuno > Ose immuno : "Le rapprochement avec Effimune s'appuie sur de vraies synergies"
OSE IMMUNOOSE IMMUNO OSE - FR0012127173OSE - FR0012127173
5.790 € -1.53 % Temps réel Euronext Paris
5.870 €Ouverture : -1.36 %Perf Ouverture : 5.870 €+ Haut : 5.700 €+ Bas :
5.880 €Clôture veille : 3 954Volume : +0.03 %Capi échangé : 83 M€Capi. :

Ose immuno : "Le rapprochement avec Effimune s'appuie sur de vraies synergies"

Dominique Costantini, directeur général d'OSE PHARMADominique Costantini, directeur général d'OSE PHARMA

(Tradingsat.com) - OSE Pharma vient de franchir deux étapes majeures de son développement avec le lancement de l’étude clinique de phase 3 sur Tedopi, son produit leader, et l’annonce de son projet de fusion avec Effimune, société de biotechnologie spécialisée dans la régulation immunitaire. Le point avec Dominique Costantini, directeur général de ce spécialiste de l’immunothérapie spécifique contre le cancer.

Tradingsat.com : Quelle est la logique du rapprochement avec Effimune ?

Dominique Costantini : Il s’agit de combiner notre expertise dans l’immunothérapie d’activation du système immunitaire avec les technologies d’Effimune dans l’immunothérapie de régulation. L’activation et la régulation immunitaire agissent sur des récepteurs des cellules de l’immunité qui sont très proches. Quand vous luttez contre le cancer, vous cherchez à activer les défenses de l’organisme pour attaquer une cible. Au contraire, dans les maladies auto-immunes, ou dans le cadre des traitements anti-rejets lors de transplantation d’organes, vous voulez freiner ou bloquer leur activation. Mais ce qui nous a rapprochés au tout début de nos discussions, c’est le projet d’Effimune en immuno-oncologie de nouvelle génération, avec le produit Effi-dem.

Tradingsat.com : Quelle est l’innovation apportée par Effi-dem ?

Dominique Costantini : Effi-dem est un inhibiteur de point de contrôle de deuxième génération. Le principe des « inhibiteurs de check-point » aujourd’hui utilisés dans le traitement du cancer est d’agir sur certaines voies de signalisation cellulaire pour redonner aux lymphocytes T [des cellules du système immunitaire, une catégorie de globules blancs, ndlr] leur capacité initiale à combattre la tumeur au lieu de la protéger. Effi-dem est différent des inhibiteurs de point de contrôle actuels dans le sens où il n’agit pas sur les lymphocytes T mais sur une autre classe de cellules qui sont des cellules suppressives myéloïdes ou macrophagiques.

Tradingsat.com : Quelles sont les perspectives du produit le plus avancé d’Effimune, le FR104 ?

Dominique Costantini : FR104 a la capacité de bloquer l’un des récepteurs les plus puissants de l’activation des lymphocytes T, tout en étant bien toléré par l’organisme contrairement à d’autres anticorps. Il bloque de manière ciblée la fonction de destruction des lymphocytes T effecteurs mais par la fonction de régulation des lymphocytes T régulateurs. Le produit est en essai clinique de phase 1 dans les maladies auto-immunes et la transplantation. Il a fait l’objet fin 2013, dès le stade préclinique, d’une option de licence avec Johnson & Johnson, l’un des premiers groupes pharmaceutiques mondiaux. L’option pourrait être levée au second semestre 2016, ce qui donnerait lieu à un accord classique dans sa forme avec versement initial, paiements d’étape et des royalties.

Tradingsat.com : Que change le rapprochement avec Effimune sur le plan financier ?

Dominique Costantini : Nos programmes cliniques et leurs programmes cliniques étaient déjà en partie financés. Les 21,1 millions d’euros levés lors de notre introduction en Bourse il y a un an ont été dimensionnés pour pouvoir mener la totalité de l’ essai de phase III sur Tedopi, notre produit phare. Nous avons raisonné avec Effimune non pas en termes de besoin financier commun, mais sur de vraies synergies de projet, de compétences et de management. Il y a de grandes complémentarités et nous partageons la même vision.

Tradingsat.com : Quand aurez-vous les résultats de la phase III sur Tedopi ? Qu’avait montré la phase II ?

Dominique Costantini : Le recrutement des 500 patients devrait être achevé en 2017, afin de terminer l’essai fin 2018. Les malades sélectionnés sont atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules à un stade avancé, essentiellement métastatique, et, de plus, lourdement prétraités. Ce sont les cas les plus difficiles à soigner parce que leur cancer a échappé au premier traitement utilisé. Les patients inclus dans l’étude de phase II avaient parfois suivi auparavant jusqu’à 6 lignes de traitement, et en grande majorité au moins deux lignes. Malgré ce handicap, la survie médiane avec Tedopi avait atteint 17 mois, au lieu des 5 à 8 mois généralement observés pour ce type de patients.

Tradingsat.com : Quel est le mécanisme d’action de Tedopi ?

Dominique Costantini : Le mécanisme est celui de notre technologie propriétaire, appelée MEMOPI, conçue pour réactiver la réponse du système immunitaire des malades contre les cellules cancéreuses. Celles-ci ont la capacité de se « camoufler ». Le principe de Tedopi est de marquer les cellules cancéreuses pour permettre aux lymphocytes T tueurs du système de défense de les reconnaître et de les cibler. Le produit est une combinaison brevetée de 10 épitopes, qui sont de petites structures moléculaires sélectionnées et optimisées à partir de 5 antigènes tumoraux.

Tradingsat.com : Qu’est-ce qu’un antigène tumoral ?

Dominique Costantini : Ce sont des molécules spécifiques présentes à la surface des cellules tumorales, mais absentes ou peu abondantes sur les cellules normales. Les cinq antigènes tumoraux que nous avons choisis sont fréquemment retrouvés à un stade invasif des cancers. Le fait que nos épitopes soient représentatifs de plusieurs antigènes tumoraux est une vraie innovation. Il existe en effet beaucoup d’approches thérapeutiques visant un seul antigène tumoral. Mais l’hétérogénéité du cancer fait qu’il ne se limite pas à un seul antigène tumoral. L’autre originalité de Tedopi vient du fait que les néo-épitopes que nous avons conçus ne sont pas naturels, mais modifiés pour être reconnus comme étrangers et susciter une forte réponse immunitaire.

Tradingsat.com : En quoi votre technologie diffère-t-elle de l’immunothérapie des « inhibiteurs de points de contrôle » ?

Dominique Costantini : En simplifiant le raisonnement à l’extrême, un inhibiteur de point de contrôle libère les freins du système immunitaire, c’est une approche non spécifique. A l’inverse notre approche est spécifique puisque nous activons les Lymphocytes T uniquement sur des cibles bien précises. Tedopi agit comme un accélérateur du système immunitaire mais sans risque d’attaquer les cellules « normales ».

Tradingsat.com : Outre le cancer du poumon, vous visez également d’autres indications potentielles.

Dominique Costantini : Tedopi, avec ses 10 néo-épitopes extraits de 5 antigènes tumoraux peut couvrir un large spectre d’environ 90% des tumeurs. Logiquement, nous avons l’ambition de tester le produit dans d’autres indications que le cancer du poumon. Mais il ne serait pas opportun de nous disperser à ce stade, notamment parce nos moyens financiers ne sont pas illimités. Notre meilleur drapeau est l’étude de phase III que nous venons de lancer dans le cancer du poumon « non à petites cellules ». Ensuite, nous élargirons les indications du produit avec des partenaires. Par ailleurs il serait intéressant d’étudier la combinaison de Tedopi avec des inhibiteurs de point de contrôle. L’association d’une approche spécifique avec une approche non spécifique est prometteuse sur le papier, et les cliniciens avec lesquels nous travaillons sont impatients de la tester.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...