Bourse > Orpea > Orpea : 'Orpea dispose d'une grande flexibilité financière'
ORPEAORPEA ORP - FR0000184798ORP - FR0000184798
72.930 € +0.82 % Temps réel Euronext Paris
72.430 €Ouverture : +0.69 %Perf Ouverture : 73.020 €+ Haut : 71.850 €+ Bas :
72.340 €Clôture veille : 121 367Volume : +0.20 %Capi échangé : 4 396 M€Capi. :

Orpea : 'Orpea dispose d'une grande flexibilité financière'

tradingsat

(CercleFinance.com) - PDG d'Orpea, le Docteur Jean-Claude Marian est revenu avec la rédaction de Cercle Finance sur les résultats semestriels du groupe, résolument encourageants. Le secteur de prise en charge des personnes âgées dépendantes a de son point de vue un bel avenir devant lui... et Orpea une belle carte à jouer, forcément.



Cercle Finance : Quels sont les principaux enseignements que vous tirez de ces compts semestriels ?


Jean-Claude Marian : Ces résultats démontrent une nouvelle fois la solide dynamique de croissance rentable du groupe, avec une progression du chiffre d'affaires de 13,8% à 891 millions d'euros et une hausse du résultat avant impôt de 19,2% à 104 millions. Par ailleurs, la rentabilité opérationnelle a continué de croître pour la cinquième année consécutive, avec une marge d'Ebitdar en hausse de cinquante points de base à 27,4%.

Orpea dispose également d'une grande flexibilité financière, illustrée par la baisse du coût de son endettement ainsi que par le succès de ses diverses émissions obligataires.

Cette performance financière est d'autant plus remarquable que le groupe a mené ce semestre une de ses phases de développement les plus actives en 25 ans avec deux acquisitions stratégiques lui ouvrant les portes de deux nouveaux pays à très forts potentiels : l'Allemagne et la Suisse.

Orpea a en effet acquis un total de 8.256 lits représentant en année pleine et à maturité 330 millions d'euros de chiffre d'affaires additionnel. En moins de deux ans, Orpea a doublé son réseau international avec plus de 20.000 lits hors de France.

Grâce à cette dynamique, nous allons ainsi rapidement atteindre 40% de notre chiffre d'affaires réalisé à l'international, contre seulement 17% en 2013.



C.F : L'intégration de Silver Care, dont l'acquisition a été finalisée début juillet, se passe-t-elle comme prévu ?


J-C.M : Il est important de rappeler que Silver Care est un groupe déjà structuré et organisé, avec un excellent management, et disposant d'une très bonne réputation (élu premier groupe de maison de retraite allemand pour sa qualité ces trois dernières années). Par conséquent, l'intégration est très rapide et l'intérêt de cette acquisition est que Silver Care est une plate-forme déjà opérationnelle pour réaliser de nouveaux développements.

Bien entendu, les politiques et procédures Orpea des services du Siège sont dupliqués à Silver Care: informatique, qualité, achats etc. L'intérêt repose également dans un partage des expériences entre les deux groupes.

Orpea va par exemple apporter son savoir-faire unique en matière d'immobilier, de construction et de maîtrise d'oeuvre pour permettre à Silver Care d'accélérer son développement à travers la création de nouveaux établissements.



C.F : Comment analysez-vous la contribution de Senevita à votre performance semestrielle ?


J-C.M : Tout comme Silver Care, Senevita, en Suisse, est un groupe déjà structuré, avec une croissance embarquée très forte dans la mesure où près de 50% de son réseau est en cours de construction.

Sur le semestre, Senevita n'a contribué que sur trois mois et les performances sont en ligne avec les attentes. Le groupe mène une politique d'ouverture très active: sur le seul deuxième trimestre 2014, il a ouvert deux nouveaux établissements de grande qualité, en Suisse alémanique, représentant un total de 308 lits.

Parallèlement, la société a obtenu de nouvelles autorisations, démontrant son expertise et la reconnaissance de son savoir-faire par les Autorités de Tutelles.

Senevita est donc une société en plein développement où Orpea apporte son expertise dans les procédures, le contrôle Qualité et la gestion de l'immobilier.



C.F : Envisagez-vous de procéder à de nouvelles acquisitions d'ici la fin de l'année, tant en France qu'à l'étranger ?


J-C.M : Depuis le début de l'année, en plus des deux acquisitions stratégiques précitées, Orpea a poursuivi ses acquisitions ciblées aussi bien en France que dans ses autres pays d'implantation. A titre d'exemple, le Groupe a acquis quatre établissements (murs et fonds) et obtenu la gestion d'un autre site en Espagne.

Ces cinq établissements représentent 810 lits, tous localisés à Madrid et dans sa périphérie. Cette opération a été réalisée à des conditions très attractives. En France et en Belgique, le groupe a également poursuivi ses développements sélectifs avec quelques acquisitions d'établissements indépendants, bien localisés et disposant d'un fort potentiel.

D'ici la fin de l'année, le Groupe entend poursuivre sa dynamique de croissance par des créations d'établissements, des acquisitions d'indépendants, prioritairement en Suisse et en Allemagne où les besoins sont très importants et où le secteur est en pleine concentration.

A ce jour, Orpea n'a pas de projet d'acquisitions d'envergure, mais reste attentif aux opportunités qui pourraient se présenter, notamment à l'international.

Enfin, il est important de rappeler que le projet d'implantation d'une première maison de retraite de 240 lits en Chine avance favorablement: les travaux de décoration ont débuté et l'ouverture est prévue au premier semestre prochain.




C.F : Avec les bons résultats de Korian-Medica, peut-on dire que, d'une façon générale, le secteur de la dépendance aux personnes âgées évolue dans une bonne dynamique ?


J-C.M : Le secteur de la prise en charge des personnes âgées dépendantes évolue en effet dans une bonne dynamique en raison du vieillissement de la population. Entre aujourd'hui et 2040, le nombre de personnes de plus de 80 ans va plus que doubler dans tous les pays européens. Or, les statistiques démographiques sont parmi les plus prévisibles et fiables.

Les résidents étant de plus en plus dépendants lors de leur arrivée en institution, il y a en outre un besoin de renforcer la médicalisation, les procédures, les contrôles et la qualité de l'offre.

Ce secteur est également très peu sensible aux cycles économiques car il répond à un besoin qui ne peut pas être décalé dans le temps: lorsqu'une personne arrive en situation de dépendance ou développe une maladie neurodégénérative type Alzheimer, elle doit rapidement trouver une place dans une structure adaptée.

Par conséquent, le potentiel de développement de ce secteur est encore très important à court, moyen et long terme, dans de très nombreux pays dans le monde qui font face au défi du vieillissement de la population et qui ne disposent pas du savoir-faire d'une prise en charge de la dépendance de qualité.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...