Bourse > Orange > Orange : Vote en faveur du maintien du dividende chez france télécom
ORANGEORANGE ORA - FR0000133308ORA - FR0000133308
13.445 € +0.15 % Temps réel Euronext Paris
13.530 €Ouverture : -0.63 %Perf Ouverture : 13.550 €+ Haut : 13.390 €+ Bas :
13.425 €Clôture veille : 2 008 100Volume : +0.08 %Capi échangé : 35 764 M€Capi. :

Orange : Vote en faveur du maintien du dividende chez france télécom

tradingsat

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Les actionnaires de France Télécom se sont prononcés mardi à une très large majorité pour une stabilité du dividende au titre de 2011, rejetant la proposition d'actionnaires salariés qui plaidaient pour une baisse.

La résolution du conseil d'administration de l'opérateur proposant le maintien du dividende à 1,40 euro a été approuvée par plus de 93% des votants lors de l'assemblée générale du groupe.

La proposition alternative des actionnaires salariés en faveur d'un dividende à 1,00 euro a été rejetée à plus de 85%.

Le syndicat CFE-CGC Unsa de France Télécom a immédiatement pointé du doigt l'Etat, premier actionnaire du groupe avec près de 27% du capital en incluant la participation du Fonds stratégique d'investissement (FSI), dont le vote était ainsi déterminant.

"En refusant de baisser le dividende à 1 euro comme le réclamait l'actionnaire (à 4,8%) que sont les salariés, le gouvernement commet la première faute politique du nouveau quinquennat", déclare l'organisation syndicale dans un communiqué.

"A quoi bon 'un ministère du redressement productif' si c'est pour continuer de faire de France Télécom une vache à lait enterrant un peu plus la filière télécom ?".

Selon les calculs du syndicat, l'Etat, qui détient environ 13,5% en propre, aurait renoncé à 145 millions d'euros si la proposition d'abaisser le dividende avait été approuvé.

Au total, France Télécom devrait distribuer près de 4,4 milliards d'euros de dividende au titre de 2011, un chiffre stable par rapport à l'année précédente.

L'opérateur a en revanche prévenu qu'il réduirait le dividende pour 2012 et 2013 afin de faire face à la guerre des prix provoquée par l'arrivée de Free sur le marché français du mobile.

Plusieurs syndicats militaient pour un abaissement dès cette année pour permettre au groupe de faire face à ses lourds besoins d'investissements tout en préservant l'emploi.

Pour tenter de faire pencher la balance en leur faveur, les représentants syndicaux avaient plaidé leur cause auprès du ministère des Petites et Moyennes entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique.

Ils ont également manifesté devant la salle du Palais des Congrès où s'est déroulée l'assemblée générale du groupe, certains entonnant le refrain de "la Vie en Rose" d'Edith Piaf, transformée pour l'occasion en "la vie en orange".

CONTEXTE CHAHUTÉ

Les syndicats faisaient valoir que la baisse proposée du dividende aurait permis à France Télécom de renforcer ses fonds propres à hauteur d'un milliard d'euros dans un contexte chahuté pour l'opérateur historique.

Bousculé par le lancement éclair de Free mobile, dont les offres mobiles à bas coûts, ont séduit 2,6 millions de clients en à peine trois mois, France Télécom a perdu 615.000 clients dans le mobile au premier trimestre.

Le groupe, dont l'action a perdu 15,8% de sa valeur depuis le début de l'année à la Bourse de Paris, prévoit un net recul de son cash flow opérationnel en 2012 à 8,0 milliards d'euros, imputable à hauteur d'un milliard d'euros à la baisse attendue de son Ebitda.

Lors de l'assemblée générale, les dirigeants de France Télécom ont justifié la décision de laisser le dividende inchangé cette année en soulignant notamment que le secteur des télécoms était contraint d'offrir des rendements élevés pour maintenir son attrait auprès des investisseurs.

Plusieurs de ses concurrents ont, eux, choisi de tailler dans leur dividende dès cette année, à l'image de l'espagnol Telefonica, qui privilégie la maîtrise de sa dette dans un contexte de récession, de chômage record et d'envolée et de crise bancaire en Espagne.

La maison mère de SFR, Vivendi, va elle verser un dividende d'un euro par action en numéraire au titre de 2011, contre 1,40 euro pour l'exercice 2010, plus une action gratuite par 30 actions détenues.

Edité par Marc Angrand

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...