Bourse > Orange > Orange : Lorgnerait non pas l'Italie, mais l'Iran
ORANGEORANGE ORA - FR0000133308ORA - FR0000133308
13.490 € +0.48 % Temps réel Euronext Paris
13.530 €Ouverture : -0.30 %Perf Ouverture : 13.550 €+ Haut : 13.335 €+ Bas :
13.425 €Clôture veille : 8 822 860Volume : +0.33 %Capi échangé : 35 884 M€Capi. :

Orange : Lorgnerait non pas l'Italie, mais l'Iran

tradingsat

(CercleFinance.com) - Selon le Wall Street Journal (WSJ), ce n'est pas en Italie, mais en Iran qu'Orange aurait l'intention de s'implanter. Le quotidien des affaires américain rapportait hier soir que l'ex-France Telecom a entamé des discussions portant sur des accords techniques et une prise de participation au capital du premier opérateur mobile du pays, MCI (Mobile Telecommunication Co. of Iran). Une entreprise indirectement liée - comme beaucoup d'autres dans le pays - aux Pasdaran.

En baisse de 1,3% ce matin à 13,5 euros, l'action Orange accuse la plus forte baisse des indices CAC 40 et SBF 120, qui pour leur part progressent d'environ 0,7%.

Ces négociations préliminaires porteraient non seulement sur “un accord commercial et technique”, mais aussi sur une prise de participation dont ni la taille ni le montant ne sont précisés à ce stade.

Le cas échéant, il s'agirait selon le WSJ de la première acquisition d'importance en Iran par une société occidentale depuis que les sanctions internationales frappant le pays ont été levées, en janvier dernier.

MCI est une filiale de Telecommunication Co. of Iran (TCI), opérateur lié indirectement par ses actionnaires au corps militaire et idéologique des Gardiens de la révolution islamique, les Pasdaran. Très présente dans le tissu économique iranien, cette organisation forte de plus de 100.000 hommes répond in fine aux ordres du “Guide de la révolution” (c'est-à-dire le chef de l'Etat d'Iran, qui n'est pas le président de la République islamique), l'ayatollah Ali Khamenei.

Le WSJ rappelle que si les Etats-Unis ont levé les sanctions contre l'Iran en général, Washington accuse toujours les Pasdaran d'implication dans des actions terroristes (ce que ces derniers contestent) et maintient donc des sanctions contre eux. Pour éviter de tomber sous le coup de sanctions américaines, les groupes étrangers devront donc laisser un “écran” suffisant entre eux et les Pasdaran.



Copyright (c) 2016 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...