Bourse > Or > Or : Vigoureux rebond de l'once à londres ce matin.
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 169.10 -0.56 %
1 181.80Ouverture : 1 173.00+ Haut : 1 168.90+ Bas :
-1.07 %Perf Ouverture : 1 374.90Clôture veille : 0Volume :

Or : Vigoureux rebond de l'once à londres ce matin.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Enfin un rebond ! Au terme du premier fixing de ce mardi sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.671 dollars (+ 73 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi, soit + 4,6%) et 1.236,40 euros (+ 46,1 euros, ou + 3,9%).

Après avoir dépassé les 1.920 dollars début septembre sur le marché au comptant, l'once a chuté hier jusqu'à 1.532 dollars environ, soit une chute de l'ordre de 20%. Ce dernier niveau correspond, peu ou prou, à la moyenne mobile à 200 jours, habituellement considéré comme un support de long terme.

Selon les fixings de Londres, l'once est passée d'un record de 1.896,50 dollars le 5 septembre - jamais les 1.900 dollars n'ont été emportés à Londres - à 1.598 dollars, soit une chute de 15,7% sur ce marché de référence pour les échanges de lingots “monétaires” de 4o00 onces.

En euros, après le record absolu de 1.359,39 euros l'once, atteint le 9 septembre, les 1.190 euros ont été atteints hier soir, soit une baisse de 12,4%.

La cause principale de la chute semble être un nouveau relèvement des appels de marge sur les marchés de dérivés aurifères. Le Chicago Mercantile Exchange (CME), principale place US pour ces dérivés, a annoncé le 23 septembre qu'il allait de nouveau relever ses appels de marge, c'est-à-dire la somme que les opérateurs sur dérivés aurifères doivent 'gager' pour pouvoir intervenir, à la suite d'un nouvel 'examen de routine de la volatilité du marché et afin d'assurer que les garanties adéquates soient apportées'.

La hausse des appels de marge, qui atteint cette fois 21,4%, se compare à celle de 27% déjà appliquée voilà un mois seulement. Elle était applicable à compter de la clôture de la séance d'hier, ce qui a induit des mouvements de ventes de la part des opérateurs qui ne pouvaient/voulaient trouver assez de fonds pour maintenir leur exposition. La hausse des appels de marge a pour effet de renchérir le coût de détention d'une même position sur or.

Des “mouvements complètement fous”, indique Pictet & Cie à propos des variations de l'or ces derniers jours... “Le plus étonnant est la brutale chute de l'or”, renchérit-on chez Aurel BGC. “Les craintes économiques et l'aversion pour le risque des investisseurs ne militaient pas pour une baisse de plus de 100 dollars de l'or. Les explications sont, une fois de plus, dans les 'rumeurs'. Certains fonds spéculatifs auraient vendu de l'or pour faire face à des appels de marges et à leurs pertes sur d'autres marchés, notamment actions. Les futures sur l'argent, qui avaient attiré encore plus de spéculation depuis un an, ont fini en repli de 18%, leur plus forte baisse depuis 1987”, indiquait hier matin les spécialistes du bureau d'études.

“L'or reste, toutefois, en hausse de 16% depuis le début de l'année. Le CME a remonté les appels de marges sur l'or, l'argent, vendredi soir, après la fermeture des marchés. Ces nouvelles marges seront effectives ce soir”, ajoutent les spécialistes.

Les analystes de Natixis restent eux aussi interrogatifs : “si le marché obligataire américain avait déjà intégré l'essentiel de l'évolution potentielle des taux, les taux à 10 ans ayant baissé d'environ 90 points de base depuis la fin juillet, les rendements ont atteint de nouveaux plus bas en l'espace de 24 h. Cette évolution devrait être favorable aux cours spot de l'or : en effet, la baisse des rendements entraîne une baisse des cours forwards de l'or, et les cours spot doivent donc augmenter pour maintenir les cours forwards à long terme.”

Chez le négociant et fondeur suisse de métal fin MKS Finance, on relève que la période annuelle de l'accord dit 'Central Bank Gold Agreement' (CBGA, dont c'est la 3ème version) est arrivé à expiration le 26 septembre. 'Ses signataires européens ont pu, dans ses derniers jours, opérer quelques ventes d'or exerçant la pression baissière sur les prix du métal constatée” en fin de semaine dernière.

Selon la dernière compilation du Conseil mondial de l'Or, qui repose sur les statistiques du FMI en date de juillet dernier, les réserves monétaires des banques centrales se montaient à 30.707,1 tonnes d'or. Sur ce total, les établissements de la zone euro détenaient 10.792,5 tonnes et les signataires de l'acord CBGA 3 11.958,3 tonnes, soit 51,8% du total.

Les accords CBGA ont vu le jour en 1999 afin d'encadrer les ventes de lingots des banques centrales essentiellement européennes. L'accord CBGA 3, qui dure de 2009 à 2014, prévoit la vente d'un maximum de 400 tonnes d'or par année expirant à la date de signature, soit fin septembre, et comprenait les ventes opérées par le FMI (réparties sur l'année 1 et l'année 2 de CBGA 3).

Au 6 septembre, toujours selon le Conseil mondial de l'Or, 53,3 tonnes d'or avaient été vendues au titre de la 2ème année de l'accord CBGA 3, après 136,2 tonnes au terme de l'année 1. La quasi-totalité des ventes était le fait du FMI. Il restait donc de la marge par rapport au plafond annuel de 400 tonnes.

On peut souligner aussi que la chute du métal est intervenue juste après qu'une vaste majorité d'analystes aient prévu que l'once d'or, en hausse régulière depuis une dizaine d'années, pourrait dépasser les 2.000 dollars l'once d'ici la fin de l'année.

Triland Metals souligne aussi que la perspective d'un défaut de la Grèce, d'un QE III, et d'un maintien de taux bas pendant longtemps sont fondamentalement favorables à l'or.

Reste que 'les actions et les matières premières ont chuté lourdement, la déflation et les problèmes de défaut ayant limité la masse monétaire immédiatement disponible, entraînant une 'course au cash''.

Lors de la crise de liquidité de l'automne 2008, rappelle le courtier en métaux de Mitsubishi, l'once avait chuté de l'ordre de 30% en passant de 1.000 à 700 dollars. En fait, résume Triland, les opérateurs ont pris des profitrs là où il leur en restait pour couvrir les appels de marges et/ou les pertes sur d'autres actifs, comme les actions.

Les acheteurs sont bien là, ajoute Triland : 'une forte demande physique a été observée en Asie, et tout spécialement en Inde'.

Du côté des ETF, l'encours de métal adossé au SPDR Gold Shares américain a reculé de 5,45 tonnes hier soir à 1.246,76 tonnes. Il s'agissait de son premier recul de plus de 5 tonnes en une journée depuis le 23 août.

D'un point de vue technique, ScotiaMocatta écrit que “la rupture des 1.704 dollars indique qu'une figure en 'double top' est en place et qu'elle désigne les 1.488 dollars comme prochaine cible”. Seule une reprise des 1.704 dollars en clôture éloignerait cette perspective, estiment-ils.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...