Bourse > Or > Or : Un nouveau qe, et un nouveau de l'once en euros
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 204.30 +0.34 %
1 202.80Ouverture : 1 212.10+ Haut : 1 202.80+ Bas :
+0.12 %Perf Ouverture : 1 214.70Clôture veille : 0Volume :

Or : Un nouveau qe, et un nouveau de l'once en euros

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le prix de l'or est donc fortement repart à la hausse ce matin, puisqu'à Londres le fixings matutinal se situe près de 18 dollars au-dessus de celui constaté 24 heures plus tôt. Au terme du premier fixing de ce matin sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.774,5 dollars (+ 5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.361,4 euros (+ 6 euros).

En euros, le fixing londonien le plus élevé jamais atteint, qui le 14 septembre dernier avait atteint 1.359,7 euros et donc dépassé celui du 9 septembre 2011, a de nouveau été battu ce matin.

Le négociant genevois en métaux fins et détenteur de la fonderie PAMP, MKS, attribue la hausse du métal hier au discours d'un membre du FOMC et patron de la Fed de Chicago, Charles Evans, qui a évoqué “les risques d'une nouvelle détérioration de l'économie mondiale et la menace que constitue une éventuelle contraction fiscale américaine”.

Mais ce n'est pas tout : les opérations d'assouplissement quantitatif, c'est-à-dire de vastes rachats par les banques centrales de produits obligataires visant à faire baisser les taux d'intérêt, se multiplient dans le monde entier. Ce mois-ci, la BCE a annoncé son intention d'en mener un, sous conditions, mais portant sur des montants illimités. Une semaine plus tard, la Fed lançait son 3ème QE, qui cette fois n'a lui non plus pas de limite de montant.

Et hier, une nouvelle opération de ce genre a été lancée par la Banque du Japon (BoJ). 'La BoJ a augmenté l'enveloppe consacrée aux rachats d'actifs de 45.000 à 55.000 milliards de yens en réponse aux actions des autres banques centrales, à la faiblesse de la reprise japonaise et à la force relative du yen', expliquait un cambiste ce matin. 'Un regain d'assouplissement quantitatif est toujours bienvenu au Japon où l'économie est frappée de déflation', indique l'analyste.

Au final, la Fed, la Banque d'Angleterre, la Banque du Japon et la BCE sont toutes (plus ou moins) engagées dans des opérations massives de rachats d'actifs, ce qui dégrade la qualité de leur bilan et pèse donc sur la valeur des devises dont elles ont la garde. Et ces opérations, qui pour la Fed ont commencé fin 2008, semblent sans cesse prendre de l'ampleur, comme l'illustre aussi la décision de la BoJ. Métal monétaire historique, l'or qui, à la différence des devises fiduciaires est doté d'un valeur intrinsèque, en profite.

“Les métaux précieux semblent être les seuls actifs alternatifs aux monnaies en difficulté”, commentaient ce matin les analystes du bureau d'études parisien Saxo Banque.

Comme l'anticipait Triland Metals la veille, le repli enregistré par l'or hier a constitué une occasion de rentrer sur le marché pour des acheteurs. Le courtier londonien en métaux de Mitsubishi ne se départit cependant pas de sa réserve : “le marché est suracheté et il finira, à un certain point, par connaître une correction. 'Quand' est la grande question”, pronostique-t-il.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta identifient toujours la prochaine résistance à dépasser à 1.790 dollars, sommet de l'année pour l'instant. Support à 1.728.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...