Bourse > Or > Or : Toujours pas de signe de rebond tangible
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 219.00 +0.74 %
1 219.00Ouverture : 1 219.00+ Haut : 1 219.00+ Bas :
0.00 %Perf Ouverture : 1 219.00Clôture veille : 0Volume :

Or : Toujours pas de signe de rebond tangible

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après avoir dérapé de près de 150 dollars depuis la fin du mois dernier, l'once de métal jaune n'était toujours pas décidée à rebondir. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait fin 1.646,75 dollars (+ 2,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.262,26 euros (+ 0,5 euro).

En 24 heures, l'once aura encore perdu quelque 20 dollars. “Encore une réunion du FOMC (le comité de politique monétaire de la Fed, NDLR), et encore une sérieuse baisse de l'or”, commente Triland Metals. La banque centrale américaine n'a toujours fait aucune mention d'un éventuel “QE3”, et l'once d'or en a subi les conséquences. Le courtier en métaux de Mitsubishi craint de nouvelles baisses si “la cavalerie”, à savoir l'Inde, la Chine et les ETFs, ne venaient pas à la rescousse.

Ce matin, Oliver Heuschuch, directeur des ventes du fondeur-affineur allemand Heraeus, qui fabrique notamment des lingots d'or, résumait sans ambages la tendance récente : 'le 29 février, Ben Bernanke a mis un terme à la succession de records que connaissaient les prix de l'or'. Ce jour-là, le patron de la Fed a notamment souligné les tendances favorables dont profitait le marché américain de l'emploi et la dynamique de la croissance économique. La probabilité du lancement d'un 'QE 3', un troisième plan d'assouplissement quantitatif et son cortège de dilution monétaire, s'en est trouvé reportée, sinon remise en cause. Or il s'agit d'un facteur-clé de soutien du prix de l'or.

C'est en effet le 29 février qu'à Londres, l'once d'or avait atteint 1.788 dollars, son record de l'année. La voilà maintenant presque 150 dollars plus bas, soit une chute de 7,9%.

Après le 29 février, une première vague de ventes est alors intervenue, rappelle Heraeus. Puis le PSI grec, dont le dénouement était pendant quelques jours un motif d'inquiétude, s'est finalement bien passé, privant la valeur-refuge d'un autre soutien. Il s'en est alors suivie une seconde vague de ventes qui a conduit l'once sous un indicateur très suivi des spéculateurs de court terme, la moyenne mobile à 200 jours, qui est située aux environs des 1.680 dollars.

Des positions récemment constituées ont dû être liquidées rapidement, ce qui a auto-alimenté la baisse des cours. D'ailleurs, les positions dérivées longues ont été réduites. 'Il est à noter que ces mouvements de ventes (de dérivés) se sont exclusivement concentrés sur le marché nord-américain des 'futures', quand en Asie les investisseurs ont accru leurs positions, quoique dans des proportions limitées'.

L'indice Gldtons, qui additionne les encours d'une douzaine d'ETF adossés à des lingots de métal jaune, s'est légèrement tassé hier à 2.409,73 tonnes, après son record absolu de 2.410,19 tonnes de la veille.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta identifient, comme Heraeus, un prochain support-clé à 1.625 dollars. “Une clôture sous ce niveau ouvrirait la voie à un retracement complet du point bas de décembre, situé à 1.522 dollars”, pronostiquent les spécialistes.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...