Bourse > Or > Or : Nouvelle correction, l'once autour des 1800 dollars.
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 256.90 +1.79 %
1 250.00Ouverture : 1 258.80+ Haut : 1 250.00+ Bas :
+0.55 %Perf Ouverture : 1 258.80Clôture veille : 0Volume :

Or : Nouvelle correction, l'once autour des 1800 dollars.

tradingsat

(CercleFinance.com) - De plus en plus probable, le défaut de paiement de la Grèce ne profite guère au prix du métal jaune. Au terme du fixing de ce matin sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.806 dollars (- 28 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.326,38 euros (- 14,7 euros).

Parmi les facteurs tirant le métal à la baisse, Triland Metals souligne le renforcement du dollar, devise internationale de référence qui est aussi celle dans laquelle la plupart des transactions sur l'or sont libellées. Le billet vert s'est repris de plus de 5% face à l'euro en un mois.

Triland souligne pourtant l'augmentation récente des positions nettes longues sur les marchés dérivés via des contrats portant sur environ un million d'onces (soit l'équivalent d'une trentaine de tonnes). Ces positions avaient été affectées par le relèvement des appels de marge par les places de marché de Shanghai (SGE) et des Etats-Unis (CME).

MKS Finance le confirme : selon les rapports hebdomadaires du CFTC, l'organisme de régulation US des dérivés, “il s'agit de la première hausse des positions nettes longues en cinq semaines”. Elles atteignaient alors l'équivalent de 776,4 tonnes, note MKS.

En outre, selon Triland, les 'calls' d'échéance décembre sont toujours travaillés dans des volumes significatifs, précise le courtier en métaux de Mitsubishi, en citant des engagements sur 23.000 contrats au niveau de 2.000 dollars et de 15.000 contrats à 3.000 dollars.

Enfin, la hausse des encours des ETF se poursuit ces derniers. Hier soir, l'encours du premier de ces produits de Bourse gagés sur des lingots, le SPDR Gold Shares, était stable à 1.241,92 tonnes, soit son plus haut niveau depuis le 23 août.

A court terme, la capacité - ou l'incapacité - des institutions européennes à mettre en place le second plan de “sauvetage” financier de la Grèce décidé en juillet devrait retenir l'attention des opérateurs. En cas d'échec, ce qu'anticipent la plupart des intervenants, un défaut de la Grèce sur sa dette serait en ligne de mire. Ses modalités font actuellement l'objet d'intenses spéculations.

Selon MKS Finance, et malgré son statut de valeur-refuge, l'or pourrait être vulnérable à un défaut de la Grèce, qui conduirait les investisseurs à liquider leurs positions bénéficiaires (il en reste a priori davantage sur l'or que sur les actions) pour couvrir leurs pertes. C'est ce qui s'était passé après la faillite de Lehman Brothers, en 2008. Triland Metals estime qu'un tel mouvement est déjà en cours.

En attendant, une nouvelle saison de festival favorable à la demande d'or va débuter en Inde.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta identifiaient hier soir des niveaux techniques-clés à 1.795 et 1.777. L'incapacité du métal à rejoindre et à tenir les 1.900 dollars rejette la tendance vers le bas à court terme. “Il faudra que les 1.777 tiennent, sans quoi le marché pourrait se diriger vers les 1.704 dollars de nouveau”, indique leur commentaire.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...