Bourse > Or > Or : Ne profite pas de la décision des banques centrales
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 237.50 -0.02 %
1 240.70Ouverture : 1 241.20+ Haut : 1 234.80+ Bas :
-0.26 %Perf Ouverture : 1 243.90Clôture veille : 0Volume :

Or : Ne profite pas de la décision des banques centrales

tradingsat

(CercleFinance.com) - Rien à faire : après avoir enfoncé un important seuil technique, l'or ne parvient pas à se redresser durablement et demeure sous les niveaux symboliques des 1.800 dollars et des 1.300 euros. Au terme du premier fixing à Londres, l'once de 31,10 grammes de métal jaune cotait 1.778 dollars (- 4 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.288,69 euros (+ 5,6 euros).

La baisse du dollar, principale devise de négoce de l'or, n'a pas soutenu le prix du métal. Institutions émettrices des monnaies, les banques centrales sont effectivement revenues, ensemble, sur le devant de la scène. Hier, la Fed, la BCE, la Banque d'Angleterre, la Banque du Japon et la Banque nationale suisse ont décidé qu'elles approvisionneraient les banques en dollars à compter du 12 octobre prochain, pour une durée de trois mois.

“Cette action concertée a pour but de couvrir le fort besoin de liquidités en dollars au-delà de la fin d'année. Des opérations semblables sont déjà menées par ces banques centrales chaque semaine, mais à plus court terme”, expliquent les analystes chez Pictet & Cie. “La revalorisation de la monnaie européenne, corrélée à la baisse généralisée du dollar, fait suite à l'annonce commune des banques centrales d'injecter les liquidités nécessaires au secteur bancaire”, ajoutent-ils.

“D'un côté, cette mesure va réduire la demande directe de dollars des banques sur le marché, mais de l'autre, il s'agit d'un signal négatif qui devrait augmenter la demande de valeurs refuge”, indique un cambiste nord-européen.

Apparemment, tel n'est pas le cas pour l'instant. En effet commente Triland Metals, des ordres de ventes se sont déclenchés en masse après le passage de l'once sous les 1.800 dollars et sous le support important qui tenait juste au-dessous. “Le marché ne réagit pas par la hausse aux nouvelles haussières”, commente le courtier en métaux de Mitsubishi, selon lequel une phase baissière de court terme se poursuit, sans remettre en cause le mouvement haussier d'ensemble.

Chez MKS Finance, on fait aussi état de l'idée selon laquelle les banques européennes pourraient utiliser leur or afin de dégager des ressources en dollars. Le négociant suisse en or explique : “les banques européennes ont besoin de liquidités pour couvrir leurs bilans. Donc elles prêtent de plus en plus d'or en échange de dollars, tirant le taux du prêt de l'or (gold lease rate) vers le bas autour de 0,48% l'an. Plus d'or étant injecté sur le marché, la pression baissière se fait sentir sur le marché”.

La correction pourrait continuer encore, ajoute Triland, sur “quelques centaines de dollars” puisque des 'gaps' peuvent encore être comblés. Plus “généralement, le sentiment sur le marché traduit une certaine fatigue” : des achats physiques sont intervenus, mais ils ont été balayés par les 'stop loss'. Triland identifie la prochaine résistance d'importance vers 1.750 dollars.

Toujours d'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent les 6 séances de baisse survenues sur 9 après le record touché vers 1.920 dollars. Des ordres 'stop loss' se sont déclenchés vers 1.795. Si le support des 1.777 était emporté, le marché devrait ensuite pointer vers 1.704 dollars, prévoient-ils.

Et pourtant, les anticipations des bureaux d'études continuent de grimper. HSBC a relevé son objectif de prix à long terme de l'once d'or de 1.450 à 1.800 dollars. 'Nous nous attendons aussi à une hausse de l'or ces 12 prochains mois en tablant sur un cours de 2.025 dollars en moyenne en 2012'. Ce n'est pas tout : HSBC prévoit aussi 'que le prix de l'or devrait grimper jusqu'à 2.300 dollars d'ici fin 2012'.

Chez GFMS, bureau d'études attitré du Conseil mondial de l'Or, on indiquait hier aussi que l'once pourrait déborder les 2.000 dollars d'ici la fin de l'année. En cause : essentiellement la demande d'investissement. Des pièces aux lingots en passant par les ETF, ce type de demande de métal jaune devrait dépasser les 1.000 tonnes au second semestre 2011, pronostique GFMS, après 624 tonnes durant la 1ère moitié de l'année.

A propos d'ETF enfin, toujours rien à signaler du côté du 1er d'entre eux : l'encours de lingots adossés au SPDR Gold Shares américain était encore de 1.241,31 tonnes hier soir.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...