Bourse > Or > Or : La hausse se poursuit, nouveau record en euros
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 256.90 +1.79 %
1 250.00Ouverture : 1 258.80+ Haut : 1 250.00+ Bas :
+0.55 %Perf Ouverture : 1 258.80Clôture veille : 0Volume :

Or : La hausse se poursuit, nouveau record en euros

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le regain de craintes souveraines entourant les pays périphériques de la zone euro mais aussi l'Italie, voire de la Belgique, a conduit l'or à de nouveaux records de tous les temps, hier comme ce matin. Au terme du premier fixing de ce mardi sur le marché de Londres, l'once cotait 1.520,75 dollars (+ 10,2 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.078,85 euros (+ 2,7 euros). Jamais un prix aussi élevé n'avait été atteint à Londres.

Rappelons que l'once d'or, en euros, avait culminé le 29 décembre dernier à 1.075,37 euros avant de repartir en baisse jusqu'à 957 euros fin janvier. Elle avait cependant rapidement repris la barre symbolique des 1.000 euros qu'elle n'a plus franchi en baisse depuis le 10 février. “Tous les regards étaient fixés hier sur le cours de l'or en euros, qui a atteint de nouveaux records sur fond de craintes croissantes vis-à-vis des dettes souveraines européennes”, notait-on ce matin chez Triland Metals à Londres.

Chez MKS Finance, on souligne la nouvelle dégradation de la note grecque par Fitch et la perspective désormais négative et non plus stable qu'une autre agence, Standard & Poor's, attribue désormais à la dette publique de l'Italie, l'un des grands pays de la zone. Il pourrait s'agir d'un prélude à sa dégradation alors que la situation en Grèce et au Portugal n'est guère favorable. En Espagne, autre membre des fameux PIIGS (Portugal, Irlande, Italie, Grèce et Espagne), un fort mouvement de contestation se maintenait.

Dans sa dernière livraison de Metals Monthly, ABN Amro écrit que 'la plupart des catalyseurs qui ont permis à l'once d'atteindre les 1.575 dollars sont toujours en place. Le regain de confiance dans le dollar est illusoire, la hausse du billet vert intervenant au détriment de l'euro. Choisir entre la crise fiscale européenne ou sa version américaine revient à arbitrer entre une mort par le feu et une mort par noyade', grincent les analystes.

De plus, et comme la croissance US demeure faible, la Fed devra trouver d'autres 'trucs' après la fin de son second plan de 'quantitative easing' (QE II), fin juin. 'Il ne sera peut-être pas appelé 'QE III', mais c'est bien de cela dont il s'agira', assène ABN Amro. Si à court terme, le prix de l'or pourrait évoluer dans des marges étroites, 'à long terme en revanche, la seule direction possible est vers le haut'.

En outre, l'encours de l'ETF aurifère américain SPDR Gold Shares est remonté à 1.209,53 tonnes hier soir, contre 1.201,95 tonnes vendredi soir et 1.191,34 tonnes jeudi soir.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignaient hier que “l'incapacité de l'once à revenir tester le plus bas de mai à 1.463 dollars constitue un signal positif”. La prochaine résistance, identifiée à 1.526 dollars, est suivie d'une autre à 1.577 dollars, soit son plus haut niveau de tous les temps en billets verts. “L'or continue d'évoluer dans un canal haussier de trois ans dont les bornes se situent à 1.375 et 1.713 dollars”, commentent les spécialistes.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...