Bourse > Or > Or : L'once ne se remet par de l'effet draghi
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 204.30 +0.34 %
1 202.80Ouverture : 1 212.10+ Haut : 1 202.80+ Bas :
+0.12 %Perf Ouverture : 1 214.70Clôture veille : 0Volume :

Or : L'once ne se remet par de l'effet draghi

tradingsat

(CercleFinance.com) - Si les actions, l'euro et le pétrole ont ce vendredi midi entamé un mouvement de reprise après leurs glissades d'hier, dans le sillage de la conférence de presse de Mario Draghi, l'or se distingue de ce mouvement général de reprise. Au terme du premier fixing de ce jeudi sur le marché de Londres, l'once d'or cotait 1.595 dollars (- 2 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.303,5 euros (- 3,9 euros).

“L'or a été pénalisé par des mouvements acheteurs sur le dollar hier après l'impossibilité de la BCE à rassurer les marchés”, commentaient ce matin les spécialistes de Saxo Banque.

Chez MKS, le négociant en or suisse et maison-mère de la fonderie PAMP, on rappelle que l'once a atteint jusqu'à 1.615 dollars sur le marché au comptant hier, avant la conférence de presse de la BCE en début d'après-midi. Puis Mario Draghi a répété que l'euro était “irréversible” et que des achats d'actifs obligataires pourraient être menés, sous condition (demande des Etats, et seule les produits à brève échéance seraient visés). Cette pré-annonce, jugée décevante, était de surcroît dépourvue des modalités pratiques, comme un calendrier, de l'opération.

Ces propos ont alors envoyé l'once par le fond jusque vers 1.587 dollars, tout en générant une forte volatilité.

Selon Triland Metals, “les mêmes causes produisent les mêmes effets” : comme avec le FOMC de la Fed, dont une fois encore il n'est ressorti aucun QE 3, les nombreux intervenants qui attendaient aussi une intervention forte de la BCE après la déclaration musclée de son président Mario Draghi, la semaine dernière à Londres, en ont été pour leurs frais.

L'once est sensible aux opérations de politique monétaire non conventionnelle qui accroissent la taille des bilans des banques centrales avec des actifs qui en font baisser la qualité globale. Or ce bilan constitue en quelque sorte la contrepartie de la monnaie dont la banque centrale a la charge, et peut susciter une baisse de sa valeur relative, par exemple contre l'or, métal à l'histoire monétaire millénaire qui de surcroît est doté d'une valeur intrinsèque.

Du côté de l'indice Gldtons, qui mesure l'encours cumulé des principaux ETF aurifères mondiaux, une légère hausse était toujours à l'oeuvre hier soir, à 2.397,2 contre 2.396,2 tonnes la veille. Ces produits financiers permettant de jouer l'or depuis la Bourse permettent de se faire une idée de l'appétit des investisseurs longs pour l'or.

Quelques nouvelles de la demande physique. “A propos des lingots d'investissements”, indiquait dernièrement le fondeur-affineur allemand, qui en fabrique, “Heraeus constate toujours un niveau élevé de demande et nous pensons que cette tendance se poursuivra tant que les conditions de marchés actuelles persisteront”, pouvait-on lire dans le dernier commentaire de marché daté du 30 juillet.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estiment que le mouvement baissier d'hier “confirme que la sortie par le haut du canal récemment constatée était une fausse alerte”. L'once retrouve ainsi son canal de consolidation antérieur “avec un biais baissier”. Un retour sur le borne basse du canal, vers 1.560, “serait un signal très baissier”.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...