Bourse > Or > Or : nouvelle érosion de l'once, moins de risques politiques
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 159.40 -0.96 %
1 166.60Ouverture : 1 168.80+ Haut : 1 156.00+ Bas :
-0.62 %Perf Ouverture : 1 374.90Clôture veille : 0Volume :

Or : nouvelle érosion de l'once, moins de risques politiques

tradingsat

(CercleFinance.com) - Alors que le risque conflit armé ouvert s'est sensiblement amoindri en Ukraine, le cours du métal jaune continuait de se replier. Depuis lundi midi, sa baisse reste limitée et avoisinne 15 dollars. Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once d'or cotait 1.333,5 dollars (- 1,25 dollar par rapport au fixing d'hier après-midi) et 971,9 euros (+ 1,2 euro).

Ainsi, les analystes de RTFX retiennent de la conférence de presse du président russe, Vladimir Poutine, qu'il “n'y avait aucune raison pour le moment pour que la Russie intervienne”. “Les marchés semblent opérer un retour à la normale suite au rappel des troupes russes effectuant des exercices militaires à la frontière de l'Ukraine”, abonde-t-on chez Saxo Banque.

Les courtiers londoniens de Triland Metals estiment que nombre d'investisseurs ont tiré parti de l'adoucissement de la crise ukrainienne pour prendre des profits sur l'once. 'En raison de la diminution proabable des tensions dans la péninsule de Crimée, le potentiel de hausse de l'once nous semblent limité', estime ANZ.

Chez Saxo Banque, on relève que “depuis le début du conflit, l'or a atteint un nouveau plus haut, depuis le 30 octobre dernier, ce 3 mars. Il faut dire que l'or profite d'un contexte favorable depuis le début de l'année, et est redevenu une valeur refuge”.

Et les spécialistes de poursuivre : “l'or a tout d'abord bénéficié du soutien des acheteurs physiques asiatiques, profitant des faibles coûts pour se réapprovisionner. Puis la crise des pays émergents et une reprise économique américaine au ralenti, notamment suite à de nombreuses tempêtes de neige, ont favorisé le métal jaune”. Puis s'est ajouté la montée des tensions en Ukraine : en dépit d'une accalmie, il n'est reste pas moins que la Crimée est de facto sous contrôle russe.

Toujours rien à signaler du côté du SPDR Gold Shares, le principal ETF aurifère au monde, dont l'encours de lingots restait 'bloqué' hier soir à 803,7 tonnes, comme tel est le cas depuis le 25 février.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta restent positifs à court terme. Support à 1.313, résistance à 1.360.

Selon les analystes de Triland Metals, 'une cassure des 1.330 dollars nous semblent plus probable qu'un débordement des 1.350 dollars'. Il estiment qu'il serait sain, pour la tendance à court terme, qu'une consolidation ramène l'once sous 1.300 dollars.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...