Bourse > Or > Or : ne confirme pas la reprise des 1.360 dollars
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 250.00 +1.23 %
1 250.00Ouverture : 1 250.00+ Haut : 1 250.00+ Bas :
0.00 %Perf Ouverture : 1 250.30Clôture veille : 0Volume :

Or : ne confirme pas la reprise des 1.360 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le métal jaune n'a pu confirmer, ce matin du moins, le débordement des 1.360 dollars l'once intervenu hier après-midi. Au terme du premier fixing de ce mardi sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait à 1.346,75 dollars (- 14,25 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 978,8 euros (- 8,3 euros).

Hier après-midi, le second fixing de la journée est effectivement intervenu à 1.361 dollars alors que la barre des 1.360 dollars n'avait plus été dépassée à Londres depuis le 19 septembre dernier. Ce “bond” faisait notamment suite à une déception du côté des promesses de ventes de logements aux Etats-Unis “à un plus bas depuis près de trois ans et demi”, note un intervenant.

Chez TD Securities, on explique aussi la hausse récente de l'once par 'la soudaine découverte par certains observateurs que la Chine a massivement acheté de l'or ces derniers mois'. En effet, plus de la moitié de la consommation d'or émane de la Chine et de l'Inde. Attention, soulignent les analystes, ces achats semblent maintenant avoir décru : la prime que le prix de l'or à Shanghai présentait sur celui de Londres, ce qui signale l'appétit chinois, est effectivement devenue négative.

La perspective de la réunion de la Fed entretien aussi une certaine volatilité. Demain soir se terminera le comité de politique monétaire (Federal Open Market Committee, FOMC) de deux jours qui commencera tout à l'heure. Il s'agira de l'avant-dernier évènement de ce type pour l'année 2013, le suivant étant prévu les 17 et 18 décembre.

Rappelons que l'actuel patron de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, avait annoncé avant le début de l'été que le montant mensuel des rachats d'actifs obligataires que la banque centrale mène actuellement au rythme de 85 milliards de dollars par mois serait réduit d'ici la fin de l'année.

Mais depuis lors, plusieurs statistiques majeures ont déçu, notamment les créations de postes, et le 'shutdown' budgétaire qui a duré un peu plus de deux semaines aura probablement écorné la croissance de l'économie américaine au 4e trimestre.

En outre, le 9 octobre, l'administration Obama a annoncé que l'actuelle vice-présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, prendrait la suite du président en exercice Ben Bernanke lorsqu'il achèvera son mandat, le 31 janvier 2014. Or si M. Bernanke avait la réputation d'être un homme de consensus entre 'faucons' et 'colombes', Mme Yellen a la réputation d'être une 'supercolombe'.

Nombreux sont donc les opérateurs qui estiment que Ben Bernanke ne verra pas, contrairement à ses propres prévisions, de réduction des QE qu'il a mis en place. Ils estiment que c'est à Janet Yellen que la première décision du genre reviendra, quelque part au printemps.

La Fed pourrait donc dégrader son bilan plus longtemps qu'il ne l'était initialement prévu, d'autant que dans ce cas, la fin des QE annoncée pour mi-2014 serait aussi remise en cause.

Rien à signaler du côté de l'encours du premier ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares américain, toujours stable hier soir à 872 tonnes. Cet encours est cependant tout proche de son plus bas niveau annuel qui remonte au 21 octobre, à 871,7 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta restent haussiers court terme tant que tiendra la barre des 1.251 dollars. Ils s'attendent à un retracement complet jusqu'au récent plus haut de 1.433, fin août. La prochaine résistance à surveiller est identifiée à 1.375 dollars.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...