Bourse > Or > Or : l'once retombe sur les 1.300 dollars
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 167.60 -0.69 %
1 181.80Ouverture : 1 174.50+ Haut : 1 167.10+ Bas :
-1.20 %Perf Ouverture : 1 374.90Clôture veille : 0Volume :

Or : l'once retombe sur les 1.300 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - A en juger par l'évolution du cours de l'or, c'est une durcissement sensible de la politique monétaire qui pourrait bien s'annoncer la semaine prochaine, lorsque la Fed se réunira. Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once d'or fin cotait 1.308,2 dollars (- 19,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 984,5 euros (- 15,6 euros).

Sur la semaine, et toujours selon les cours de Londres, l'once a perdu 5,7% en dollars et 6,5% en euros.

En effet, nombreux sont les intervenants qui parient, à l'issue du comité de politique monétaire (le fameux FOMC) de la Fed qui se tiendra les 17 et 18 septembre prochains, sur une réduction de l'enveloppe mensuelle de rachats obligataires menés par la banque centrale américaine au rythme actuel de 85 milliards de dollars par mois. Or l'extension du bilan de la Fed était l'une des raisons les plus souvent invoquées pour miser sur l'or ces dernières années.

Le consensus quant à la décision de la Fed reste large, et la déception causée par le rapport sur l'emploi américain de la semaine dernière n'a pas contribué à le resserrer. Mais selon les spécialistes Changes de Société Générale, en tout cas, cela en fait aucun doute : “Bernanke (le président de la Fed) fera tout ce qui est en son pouvoir pour apaiser les anticipations du marché, et la Fed devrait donc commencer à retirer des liquidités avec lenteur', indiquent-ils.

Par ailleurs, le journal japonais Nikkei rapporte que c'est Larry Summers, qui a la réputation d'être un “faucon”, qui pourrait prendre la suite de Ben Bernanke. Cette décision pourrait officiellement être annoncée par l'administration Obama dès la semaine prochaine, ajoute le quotidien.

En outre, sur Bloomberg TV, le patron de la division Matières premières de l'influente banque d'affaires Goldman Sachs, Jeffrey Currie a ce matin déclaré qu'il n'était pas exclu que l'once passe sous la barre des 1.000 dollars à court terme alors que la reprise se confirme aux Etats-Unis. Le cas échéant, ce serait du jamais vu depuis 2009.

L'an prochain, la banque US s'attend à un cours moyen de 1.050 dollars l'once. A moyen terme cependant, a ajouté le spécialiste, le prix de milieu de cycle de l'once devrait se situer vers 1.200 dollars, soit grosso modo le coût moyen d'extraction de l'an dernier.

Enfin, le dossier syrien est toujours suivi de près par les opérateurs en raison du risque de déstabilisation supplémentaire du Moyen-Orient qu'une intervention militaire occidentale induirait.

Or le le ton est toujours à la détente sur ce dossier : 'la Syrie a fait parvenir jeudi à l'ONU une demande d'adhésion à la convention sur l'interdiction des armes chimiques, première étape du plan russe destiné à éviter une intervention militaire des Etats-Unis. Dans le même temps, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, s'est rendu à Genève pour y rencontrer le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov', résument les analystes d'Aurel BGC ce matin. Les discussions sont en cours aujourd'hui.

Pas de variations à signaler du côté de l'encours du premier ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares, stable à 917,1 tonnes.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que les moyennes mobiles à 50 et 100 jours ont été emportées par le dernier mouvement de baisse. Un signal baissier à court terme. Support identifié à 1.273 dollars, résistance à 1.350.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...