Bourse > Or > Or : faible reprise malgré l'incident russo-turc
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 159.40 -0.96 %
1 166.60Ouverture : 1 168.80+ Haut : 1 156.00+ Bas :
-0.62 %Perf Ouverture : 1 374.90Clôture veille : 0Volume :

Or : faible reprise malgré l'incident russo-turc

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au terme du premier fixing de ce mardi sur le marché de référence de Londres, l'once d'or fin cotait 1.073 dollars (+ 2,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.008,3 euros (+ 2,2 euros).

L'opportunité financière de détenir de l'or n'est pas évidente actuellement, et ce malgré les risques géopolitiques qui manquent de moins en moins : la tension militaire a encore monté d'un cran en Syrie où les campagnes de bombardement de l'aviation française s'intensifient et s'ajoutent à d'autres, notamment celles de la Russie, comme l'Iran, aux Syriens fidèles à Bachar El-Assad. Or la présidence de la Turquie a, selon différentes agences de presse, annoncé que ses forces armées avaient abattu un bombardier russe Su-24 qui, selon elle, évoluait dans l'espace aérien turc.

Confirmant que l'appareil a bien été “descendu” et que le sort de ses deux pilotes était incertain, le ministère de la Défense russe affirme de son côté que durant la totalité de son vol, le Su-24 en question n'a pas quitté le territoire syrien, ce qui peut être 'objectivement' confirmé par l'étude des données de vol. Moscou parle d'un “incident très sérieux”. Ce qui ne fait que compliquer encore une situation géopolitique déjà inextricable, au moment où la France cherche à organiser une coalition contre l'Etat islamique qui a frappé Paris par des attentats sanglants voilà une dizaine de jours.

En effet, l'or semble surtout sensible à l'absence d'inflation et aux anticipations de taux d'intérêt, un élément central puisque l'or, lui, est moins un placement qu'une assurance puisqu'il ne rapporte rien (0%). Les taux rémunérant les obligations fédérales américaines à 10 ans, eux, restent supérieurs à 2,20% depuis près de 15 jours maintenant.

En effet, les politiques actuelles et futures des banques centrales mènent toujours la danse. De ce côté, comme le résume Aurel BGC ce matin, les derniers indices d'activité PMI publiés sur les deux rives de l'Atlantique ne changent pas le tableau d'ensemble : “ces enquêtes confortent la perspective d'une première hausse des taux directeurs américains (de la part de la Réserve fédérale, ndlr) en décembre, suivie d'un relèvement très progressifs ces prochains mois. De ce côté-ci de l'Atlantique, l'absence d'accélération de l'activité et le maintien de pression déflationniste donnent des arguments aux partisans d'une nouvelle détente de la politique monétaire” de la BCE.

D'ailleurs, les investisseurs haussiers semblent toujours enclins à se désengager du métal jaune : l'encours de lingots adossé au SPDR Gold Shares a de nouveau reculé hier de plus de 5 tonnes à 655,7 7 tonnes. Il s'éloigne ainsi toujours un peu plus des 700 tonnes atteintes le 15 octobre dernier.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta notent que l'once a terminé la semaine dernière en baisse pour la 5e fois d'affilée, revenant ainsi à 1.190 à 1.066 dollars sur le marché au comptant. Des supports sont identifiés à 1.066 puis 1.045 dollars. Résistance à 1.095.

EG


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...