Bourse > Option > Option : Sharp résolument engagé dans des discussions avec Foxconn
OPTIONOPTION OPTI - BE0003836534OPTI - BE0003836534
0.122 € +0.83 %
0.129 €Ouverture : -5.43 %Perf Ouverture : 0.129 €+ Haut : 0.120 €+ Bas :
0.121 €Clôture veille : 147 233Volume : +0.15 %Capi échangé : 12 M€Capi. :

Option : Sharp résolument engagé dans des discussions avec Foxconn

Sharp résolument engagé dans des discussions avec FoxconnSharp résolument engagé dans des discussions avec Foxconn

par Taro Fuse et Makiko Yamazaki

TOKYO (Reuters) - Le directeur général de Sharp, Kozo Takahashi, a déclaré jeudi qu'il avait décidé de porter toute son attention sur les discussions avec Foxconn, les deux entreprises ayant développé une confiance mutuelle par le biais de la gestion conjointe d'un importante site de production au Japon.

Kozo Takahashi a cependant démenti que le groupe d'électronique japonais ait accordé à la société taïwanaise un droit de négociation privilégié, comme le signalaient des sources se disant au fait de la situation.

Foxconn, nom familier de Hon Hai Precision Industry, propose d'investir 700 milliards de yens (5,35 milliards d'euros) dans Sharp, soit plus du double de l'investissement offert par un fonds public japonais, avait dit l'une des sources.

Une autre avait noté qu'un responsable de Sharp comptait se rendre à Taïwan la semaine prochaine pour négocier la transaction, que le groupe japonais espèrerait conclure d'ici la fin du mois.

Foxconn n'a fait aucun commentaire. L'action Sharp a terminé en hausse de 16,8% en Bourse de Tokyo.

Un rachat de Sharp par Foxconn, équipementier de divers grands noms de la high tech et de l'électronique tels qu'Apple ou Sony, augmenterait sensiblement les débouchés des écrans à cristaux liquides (LCD) conçus par Sharp.

L'avenir du groupe d'électronique japonais, dont le segment écrans continue de subir des pertes massives en dépit de deux renflouements d'ampleur effectués ces quatre dernières années, reste incertain.

Le groupe japonais est l'objet des attentions non seulement de Foxconn mais aussi des autorités japonaises, qui ont leur propre solution passant donc par un fonds public.

Le fonds Innovation Network Corporation of Japan (INCJ), créé pour redresser un secteur de l'électronique grand public japonais jadis dominant, passe pour avoir la préférence de certains cercles gouvernementaux soucieux de conserver emplois et technologies au Japon.

L'INCJ entend rapprocher l'activité LCD de Sharp avec celle de Japan Display, société dont il est le principal actionnaire. Beaucoup de professionnels doutent toutefois que cette intervention de l'Etat "à l'ancienne" suffise à aider Sharp à affronter la concurrence féroce venant de Corée ou de Chine.

Selon certaines sources, des membres du conseil d'administration redoutent que les autorités chinoises ne s'opposent à la fusion des LCD de Sharp et de Japan Display. L'une des sources observait cependant que le conseil d'administration ne voulait pas écarter complètement la solution d'INCJ dans le cas où l'option Foxconn ne fonctionnerait pas.

"POUR ENCORE 100 ANS"

Le directeur général de Foxconn, Terry Gou, détient déjà une part de 37,6% du site de LCD Sharp le plus moderne à Sakai, près d'Osaka, et il passe pour l'avoir redressé. Il s'est employé à convaincre les autorités japonaises qu'il avait bel et bien l'intention de remettre sur les rails cette société centenaire.

"Nous ne voulons pas détruire cette société; nous voulons qu'elle reparte pour encore 100 ans", a dit Terry Gou à la presse dimanche. "Travailler avec nous est la bonne décision".

Des médias taïwanais avaient rapporté l'an passé que Terry Gou était certain de rendre Sharp rentable en l'espace de trois ans pour autant qu'il soit autorisé à le racheter.

"L'immense réseau de clients de Hon Hai peut aider à absorber la production d'écrans de Sharp", observe Teruo Asamoto, professeur de l'université Kyushu Sangyo. "Hon Hai, de son côté, peut renforcer sa position de sous-traitant en reprenant la technologie de Sharp".

Sharp et Foxconn avaient signé en 2012 un accord en vue de former un partenariat stratégique et capitalistique. Mais les discussions avaient capoté à la suite du plongeon en Bourse de l'action Sharp, ce qui n'avait pas empêché Terry Gou de prendre à titre personnel une participation dans l'usine de Sakai.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...