Bourse > Option > Option : Citizens, filale de RBS, effectue ses débuts boursiers
OPTIONOPTION OPTI - BE0003836534OPTI - BE0003836534
0.129 € +0.78 %
0.130 €Ouverture : -0.77 %Perf Ouverture : 0.130 €+ Haut : 0.121 €+ Bas :
0.128 €Clôture veille : 7 140Volume : +0.01 %Capi échangé : 12 M€Capi. :

Option : Citizens, filale de RBS, effectue ses débuts boursiers

Citizens, filale de RBS, effectue ses débuts boursiersCitizens, filale de RBS, effectue ses débuts boursiers

(Reuters) - Citizens Financial, filiale américaine de Royal Bank of Scotland (RBS), a fait ses débuts à Wall Street au cours de 21,50 dollars, inchangé sur son prix d'introduction en Bourse, avant de progresser plus nettement dans les minutes qui ont suivi son ouverture.

Il s'agit de la plus importante IPO dans le secteur financier aux Etats-Unis depuis la crise financière de 2007-2009 et la deuxième en importance derrière celle de 21,8 milliards de dollars d'Alibaba Group Holding lancée la semaine passée.

Vers 16h20, l'action gagnait un peu plus de 1% à 21,75 dollars. A Londres, l'action RBS prenait dans le même temps 0,14% à 358,4 pence.

RBS a levé environ trois milliards de dollars dans l'opération, soit 500 millions de moins que si le prix avait été fixé dans le haut de la fourchette attendue qui était entre 23 et 25 dollars. L'opération valorise Citizens 12 milliards de dollars (9,3 milliards d'euros).

RBS a réduit le prix de l'IPO sous la pression d'investisseurs incertains quant à la capacité de la banque à atteindre ses objectifs financiers et moins portés sur les financières que sur d'autres valeurs, ont dit des analystes.

La banque britannique, qui détenait 100% de Citizens, a vendu 140 millions d'actions et pourrait en céder encore 21 millions si elle exerce une option de surallocation, qui porterait le produit à 3,5 milliards de dollars et la cession de sa part à 29% du capital et non plus 25%.

RBS, dont l'Etat britannique détient 80% du capital depuis la crise financière, se sépare de cette banque fondée il y a 186 ans sous la pression des régulateurs et parlementaires, pour augmenter ses fonds propres et se recentrer sur le crédit aux ménages et aux entreprises.

"La cession de Citizens renforcera sensiblement nos fonds propres et nous aidera à créer une banque solide et sûre (...)", a dit le directeur général de RBS Ross McEwan dans un communiqué. La banque britannique a déjà dit qu'elle comptait sortir complètement de Citizens d'ici 2016.

Les analystes financiers ont estimé qu'une fois vendue la moitié au moins du capital de Citizens, probablement au premier semestre 2015, son ratio "core" d'adéquation des fonds propres serait augmenté de deux à trois points de pourcentage, mais l'IPO initiale ne devrait pas avoir beaucoup d'impact en la matière.

La banque américaine, basée à Providence, dans le Rhode Island, avait été rachetée par RBS en 1988, qui l'a développée à travers 25 acquisitions, dont celle de Charter One en 2004.

Fin juin, Citizens employait 18.000 personnes dans 1.200 agences réparties sur 11 Etats des régions de la Nouvelle-Angleterre, du centre du littoral Atlantique et du Midwest.

Elle a réalisé un bénéfice net de 479 millions de dollars au premier semestre, sur un chiffre d'affaires de 2,6 milliards.

(Amrutha Gayathri à Bangalore et Matt Scuffham à Londres, Juliette Rouillon et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...