Bourse > Nokia > Nokia : Ericsson va réduire encore ses coûts
NOKIANOKIA NOKIA - FI0009000681NOKIA - FI0009000681
4.307 € +1.27 % Temps réel Euronext Paris
4.287 €Ouverture : +0.47 %Perf Ouverture : 4.319 €+ Haut : 4.239 €+ Bas :
4.253 €Clôture veille : 3 392 460Volume : +0.06 %Capi échangé : 25 135 M€Capi. :

Nokia : Ericsson va réduire encore ses coûts

tradingsat

STOCKHOLM (Reuters) - Ericsson a dit prévoir mardi une troisième année consécutive de baisse de ses ventes à périmètre comparable, ajoutant qu'il allait encore réduire ses coûts après un deuxième trimestre inférieur aux attentes et afin de s'adapter à un marché qui se tasse et dont les conditions se sont détériorées.

L'équipementier télécoms suédois, confronté au ralentissement des marchés des pays développés où les réseaux de dernière génération sont déjà en place, subit en outre le contrecoup du ralentissement des économies émergentes pénalisées par la baisse des cours des matières premières et de l'énergie.

"Cela a été encore plus prononcé au deuxième trimestre, les niveaux d'investissements des opérateurs s'en sont ressentis et cela a pénalisé le marché du haut débit mobile", a dit le directeur financier du groupe Jan Frykhammar à Reuters.

"C'est la tendance la plus marquante."

Au cours des dernières années, Ericsson a été contraint de revoir en baisse ses prévisions de croissance du marché en raison de la faiblesse de la demande de ses stations de base pour réseaux mobiles, son produit phare. Le suédois est aussi moins bien implanté que des concurrents comme Nokia et Huawei sur des segments en forte croissance comme les communications IP.

Les ventes à périmètre comparable du premier équipementier mondial des réseaux mobiles ont baissé de 7% au deuxième trimestre, reculant pour le septième trimestre consécutif. Elles avaient diminué de 5% l'année dernière après un repli de 2% en 2014.

"Les tendances actuelles des ventes et du mix produit devraient se poursuivre sur la deuxième partie de l'année", a dit Ericsson dans un communiqué, ajoutant que les tendances négatives qui ont pesé sur la demande au premier trimestre s'étaient aggravées.

Le bénéfice d'exploitation a été de 2,8 milliards de couronnes suédoises (295,5 millions d'euros) contre 3,6 milliards un an auparavant et un consensus Reuters qui le donnait à 3,0 milliards.

Le chiffre d'affaires s'est élevé à 54,1 milliards de couronnes contre un consensus de 55,3 milliards.

La marge brute a été de 32,3%, conforme elle au consensus.

Ericsson a précisé vouloir doubler le rythme de réduction de ses charges d'exploitation pour les ramener à 53 milliards de couronnes en rythme annuel d'ici le second semestre 2017 contre 63 milliards en 2014.

Le groupe avait déjà dit au premier trimestre que de nouvelles réductions de coûts étaient au programme.

L'action, qui avait dévissé de 15% en une séance en avril après la publication des résultats du premier trimestre, recule de plus de 3% à la Bourse de Stockholm vers 11h35 GMT.

"Si Ericsson semble prendre plus au sérieux ses efforts de réduction des coûts, il semble vouloir atteindre un cible quelque peu mouvante", a commenté le courtier Liberum dans une note sur les résultats.

"Le plan de réduction des coûts devrait donner des résultats, ce qui devrait conduire à une marge d'exploitation plus élevée, mais l'ampleur est difficile à prévoir."

Ericsson n'a pas précisé quelles seraient les conséquences sur l'emploi des réductions de coûts prévues mais a indiqué que 4.000 salariés avaient quitté le groupe sur le trimestre, l'effectif ayant toutefois progressé en raison d'une acquisition.

Ericsson employait 116.507 salariés au 30 juin contre 115.300 à la fin du premier trimestre.

(Sven Nordenstam et Olof Swahnberg, Wilfrid Exbrayat et Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...