Bourse > Nokia > Nokia : Ericsson avertit sur un ralentissement de la demande aux USA
NOKIANOKIA NOKIA - FI0009000681NOKIA - FI0009000681
3.934 € -1.90 % Temps réel Euronext Paris
3.975 €Ouverture : -1.03 %Perf Ouverture : 3.991 €+ Haut : 3.934 €+ Bas :
4.010 €Clôture veille : 1 446 800Volume : +0.02 %Capi échangé : 22 959 M€Capi. :

Nokia : Ericsson avertit sur un ralentissement de la demande aux USA

Marché : Ericsson fait moins bien que prévu au 3e trimestreMarché : Ericsson fait moins bien que prévu au 3e trimestre

par Sven Nordenstam et Olof Swahnberg

STOCKHOLM (Reuters) - Ericsson a prévenu vendredi qu'un ralentissement de la demande en Amérique du Nord créait une incertitude sur les facturations du quatrième trimestre, les opérateurs réduisant leurs dépenses après d'importants investissements dans les réseaux à haut débit.

Le déploiement des réseaux de dernières génération 4G/LTE par les opérateurs sur le marché nord-américain, où Ericsson réalise près d'un quart de ses facturations et qui est dans les faits inaccessible à son concurrent chinois Huawei, a permis au groupe suédois de compenser la stagnation du marché européen.

La phase d'investissement soutenu pour adapter les réseaux à l'augmentation du trafic liée à la vidéo à la demande et à l'accès à internet sur les mobiles semble toutefois toucher à sa fin. Les deux principaux opérateurs télécoms américains, Verizon et AT&T, ont dit qu'ils réduisaient le rythme de leurs investissements.

Les opérateurs américains doivent aussi se préparer à l'adjudication pour plusieurs milliards de dollars de fréquences radio de grande longueur d'onde l'année prochaine qui peuvent leur permettre d'améliorer significativement la portée de leurs réseaux.

Ericsson, premier équipementier mondial pour les réseaux de téléphonie mobile devant Huawei et le finlandais Nokia, a dit que la priorité donnée par ses clients nord-américains à la génération de cash compliquait les prévisions de facturations à moyen terme.

"Je pense que c'est la principale incertitude pour le quatrième trimestre", a déclaré le directeur financier Jan Frykhammar lors d'une téléconférence.

S'ATTAQUER À LA CHINE

La croissance enregistrée au Moyen-Orient, en Chine, en Inde et en Russie a toutefois compensé le recul des ventes en Amérique du Nord, permettant à Ericsson d'enregistrer son premier trimestre de croissance des ventes à périmètre constant depuis le début de l'année.

"La tendance est claire : les plus grands clients d'Ericsson en Amérique du Nord et au Japon ont en partie terminé leur vaste programme de déploiement des réseaux LTE et les revenus viennent pour une part croissante d'autres marchés, dont le Moyen-Orient et la Chine.", explique Bengt Nordstrom, directeur général du cabinet de consultants spécialisé sur les télécoms Northstream.

"Il va être de plus en plus important d'augmenter la part de marché en Chine qui sera de loin le principal marché LTE dans les trois à quatre prochaines années."

Les inquiétudes sur le quatrième trimestre l'ont emporté, aux yeux du marché, sur l'impact des bonnes performances du troisième.

Le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de couronnes (5,8 milliards d'euros) sur le troisième trimestre, alors que les analystes financiers avaient anticipé en moyenne 55,4 milliards.

Les revenus de sa division réseaux, à périmètre constant, ont augmenté de 7% sur la période, soit leur rythme de hausse le plus rapide en plus d'un an.

Le résultat d'exploitation est ressorti à 3,9 milliards de couronnes suédoises contre 4,2 milliards il y un an et un consensus qui était également de 4,2 milliards.

Ericsson a mis ce recul sur le compte de contrats de couverture de changes, de dépenses opérationnelles plus élevées et d'investissements.

La marge brute s'est établie à 35,2%, niveau conforme aux attentes.

Jeudi, Nokia avait annoncé un bénéfice plus élevé que prévu au titre du troisième trimestre et relevé so objectif de marge annuel pour sa division réseaux sur fond de déploiement de grands réseaux en Amérique du Nord et en Chine.

(avec Eric Auchard, Benoit Van Overstraeten et Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...