Bourse > Natixis > Natixis : Natixis confirme ses objectifs, est au point bas des provisions
NATIXISNATIXIS KN - FR0000120685KN - FR0000120685
5.463 € +0.22 % Temps réel Euronext Paris
5.460 €Ouverture : +0.05 %Perf Ouverture : 5.499 €+ Haut : 5.436 €+ Bas :
5.451 €Clôture veille : 554 281Volume : +0.02 %Capi échangé : 17 138 M€Capi. :

Natixis : Natixis confirme ses objectifs, est au point bas des provisions

tradingsat

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Natixis, qui a signé un premier trimestre au-dessus des attentes, a confirmé jeudi ses objectifs pour 2012 et s'attend pour les prochains trimestres à ce que ses provisions augmentent légèrement après avoir désormais atteint un point bas.

La banque, filiale du groupe BPCE (Banque populaire - Caisse d'épargne), estime aussi que ses objectifs de revenus à 6,7 milliards d'euros et de rendement des fonds propres supérieur à 12% sous la nouvelle réglementation Bâle III pour ses principaux métiers en 2012 pouvaient maintenant être considérés comme prudents, sans pour autant les relever ou dire qu'ils seront dépassés.

"Les objectifs qui auraient pu être considérés il y a deux ans comme étant extrêmement ambitieux peuvent être considérés comme relativement prudents aujourd'hui", a déclaré Laurent Mignon, le directeur général de Natixis, lors d'une interview à Reuters.

Interrogé sur l'évolution anticipée du coût de risque pour les prochains trimestres, il a répondu: "Je pense qu'on doit s'attendre à un coût du risque normal, légèrement plus élevé que ce qu'il a été au cours de ce trimestre."

A la Bourse de Paris, l'action Natixis résiste au repli des valeurs financières. Après avoir affiché la plus forte hausse de l'indice CAC 40 en milieu de matinée, le titre gagnait 0,36% à 3,918 euros à la mi-journée et surperformait l'indice sectoriel Stoxx 600 des banques européennes, en baisse de 0,92% au même moment.

"Les provisions négligeables ont été le plus gros contributeur à la performance face au consensus", relèvent dans une note les analystes de Citigroup à propos de la banque de financement et d'investissement de Natixis.

BÉNÉFICE EN BAISSE POUR BPCE

Pour le premier trimestre, la banque a publié un bénéfice net de 412 millions d'euros, en baisse de 12% mais supérieur aux attentes du marché grâce à un recul plus prononcé que prévu et de bonnes performances dans la banque de financement et d'investissement (BFI).

D'après le consensus réalisé par la rédaction de Reuters auprès de neuf analystes, le marché tablait en effet sur un résultat net de 393 millions d'euros au premier trimestre.

Natixis, dirigée depuis 2009 par Laurent Mignon, a confirmé l'an dernier son retour aux bénéfices après deux années de restructuration et de lourdes pertes liées à la crise financière mondiale.

Le groupe BPCE a de son côté fait état d'un bénéfice net de 989 millions d'euros, en baisse de 2% pour le premier trimestre.

Ce chiffre est à comparer aux bénéfices nets trimestriels de 916 millions pour la Société générale et de 2,6 milliards pour BNP Paribas.

VERS UNE CESSION DE FONCIA ET EUROSIC

BPCE a redit que la banque n'aurait pas besoin d'augmenter son capital pour être en conformité avec les nouvelles exigences de fonds propres de Bâle III.

"Nous sommes en mesure de les respecter sans avoir à faire appel au marché ou à des émissions nouvelles de parts sociales", a déclaré François Pérol, le président du groupe mutualiste, lors d'une conférence téléphonique.

Laurent Mignon a dit de son côté que Natixis n'envisageait pas de monter un accord de garantie pour ses fonds propres à l'image de ce qu'a fait en début d'année le Crédit agricole avec ses caisses régionales.

Il a également indiqué qu'une nouvelle introduction en Bourse de la Coface, filiale d'assurance crédit de Natixis, avait du sens.

"La mise en Bourse est une hypothèse qui a du sens mais ce n'est pas une décision qui est prise", a dit le directeur général de Natixis. "Mais ne brûlons pas les étapes. L'année 2011 est une année qui est consacrée au recentrage stratégique."

BPCE a par ailleurs annoncé être en négociations exclusives pour vendre Eurosic à Batipart, et Foncia aux fonds Eurazeo et Bridgepoint.

Dans une interview au quotidien Le Monde, François Pérol laisse aussi entendre qu'il pourrait mettre en vente la filiale Meilleurtaux. "Il n'y a (...) aucune synergie avec le groupe", souligne-t-il à propos de ce site internet.

Avec Lionel Laurent, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...