Bourse > Natixis > Natixis : Natixis am anticipe un 1er semestre instable, reste défensif
NATIXISNATIXIS KN - FR0000120685KN - FR0000120685
4.825 € -1.25 % Temps réel Euronext Paris
4.878 €Ouverture : -1.09 %Perf Ouverture : 4.891 €+ Haut : 4.810 €+ Bas :
4.886 €Clôture veille : 6 022 380Volume : +0.19 %Capi échangé : 15 136 M€Capi. :

Natixis : Natixis am anticipe un 1er semestre instable, reste défensif

tradingsat

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Blaise Robinson

PARIS (Reuters) - Natixis Asset Management maintient son allocation défensive pour début 2012, la société de gestion n'anticipant ni redémarrage de l'économie dans l'immédiat ni rebond des marchés étant donné les nombreuses incertitudes macroéconomiques actuelles.

La filiale de la banque Natixis se montre prudente à la veille d'un nouvel exercice que de nombreux courtiers et sociétés de gestion abordent dans le plus grand désarroi, sonnés par la crise de la dette souveraine et ses effets sur l'économie réelle.

La société de gestion, si elle ne croit pas au scénario d'une récession mondiale, n'attend pas pour autant d'embellie sur la première partie de l'année prochaine, malgré le dynamisme économique de certains pays émergents.

"Les marchés ne sont pas encore prêts à repartir car il y a encore beaucoup trop d'éléments incertains", explique Franck Nicolas, directeur allocation globale et ALM chez Natixis AM.

Depuis le début de l'année, l'indice CAC 40 a perdu 19% de sa valeur et a connu une forte volatilité, l'indice phare de la place parisienne ayant atteint 4.169,87 points le 16 février avant de chuter jusqu'à 2.693,21 points le 23 septembre, pénalisé par le ralentissement de la croissance et la situation financière des pays occidentaux.

"Nous n'envisageons pas de redémarrage de l'économie dans l'immédiat, et nous privilégions un scénario instable au premier semestre, suivi d'une reprise un peu plus vive en deuxième partie d'année", estime Franck Nicolas.

"RUPTURE"

La zone euro pourrait reprendre de la vigueur au cours de la deuxième partie de 2012, les difficultés de refinancement se concentrant sur la première moitié de l'année, juge Natixis AM, qui mise notamment sur une poursuite des avancées en matière de gouvernance en Europe.

"La BCE, même si elle est beaucoup moins interventionniste que la Fed, a changé de politique. La présidence de Mario Draghi marquant une rupture par rapport à celle de Jean-Claude Trichet. L'euro pourrait baisser un peu, ce qui faciliterait la compétitivité de la zone", ajoute Franck Nicolas.

Le repli de la monnaie unique et une reprise un peu plus vive dans les pays émergents pourraient favoriser les valeurs exportatrices de la zone euro, estime-t-il.

"C'est un thème que nous allons commencer à suivre en nous intéressant aux groupes exposés à la consommation discrétionnaire et aux ressources de base", précise Franck Nicolas, qui ne favorise toutefois pas ce thème dans l'immédiat.

"Nous restons défensifs sur l'ensemble de notre allocation, en privilégiant la zone dollar et les actions de cette zone, les secteurs assez défensifs, ainsi que les obligations des pays 'core'", détaille-t-il, même si sur ce dernier actif les clients commencent à s'interroger sur les valorisations atteintes.

Interrogé sur un éventuel krach des emprunts d'Etat à 10 ans américains (Treasuries) et allemands (Bunds), qui figurent parmi les actifs ayant enregistré les meilleures performances en 2011, Franck Nicolas souligne le caractère binaire de la situation.

"Soit le marché continue d'être 'drivé' par les déséquilibres et l'absence de reprise économique et politique, et alors le Bund continuera de constituer une valeur refuge, soit il y a un retournement, même partiel, de tous ces éléments et l'on pourrait alors assister à une baisse très rapide des actifs qui ont servi de valeurs refuges jusqu'à présent", dit-il.

Natixis AM s'intéresse en revanche au crédit d'entreprise bien qu'il n'y ait pas beaucoup d'émissions, la société de gestion estimant que cet actif offre le meilleur compromis avec des spreads relativement élevés et un niveau de risque correctement valorisé.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...