Bourse > Natixis > Natixis : Moody's dégrade la grèce et fait rechuter les bancaires
NATIXISNATIXIS KN - FR0000120685KN - FR0000120685
5.227 € +0.25 % Temps réel Euronext Paris
5.210 €Ouverture : +0.33 %Perf Ouverture : 5.269 €+ Haut : 5.199 €+ Bas :
5.214 €Clôture veille : 2 470 290Volume : +0.08 %Capi échangé : 16 397 M€Capi. :

Natixis : Moody's dégrade la grèce et fait rechuter les bancaires

tradingsat

(Tradingsat.com) - Les valeurs bancaires repartent à la baisse lundi matin, BNP Paribas (2,9% à 47,4 euros), Crédit Agricole (-2,8%), et Société Générale signent les trois plus fortes baisses au sein du CAC 40 sous l'effet des craintes persistantes des investisseurs sur les dettes souveraines des pays périphériques de la zone Euro. Bien que très peu exposée aux dettes grecque, portugaise, ou irlandaise, Natixis cède également du terrain (-1,6%).

Après son net rebond de la semaine dernière, le secteur bancaire rechute lundi matin suite à la dégradation de trois crans par l'agence Moody's de la note de la dette à long terme de la Grèce, de ‘Caa1' à ‘Ca', qui n'est donc plus qu'à un cran du défaut de paiement. Et ce alors que sa consoeur Fitch a déjà annoncé vendredi dernier qu'elle allait placer en défaut sélectif la dette de la Grèce en réaction au nouveau plan de sauvetage du pays.

Pour Moody's, « la combinaison du programme de soutien de l'Union Européenne et des propositions d'échange de dette des grandes institutions financières implique que les créanciers privés vont subir des pertes économiques substantielles sur leurs avoir en dette publique ».

« L'ampleur des pertes des investisseurs sera déterminé par la différence entre la valeur nominale de la dette échangée et la valeur marchande de la dette reçus. L'IIF [Institut de la Finance International, ndlr] a indiqué que les pertes des investisseurs sont susceptibles de dépasser 20% », écrit l'agence de notation.

Certes, le programme de soutien européen et l'échange de dettes proposé augmentent la probabilité selon laquelle la Grèce sera capable de stabiliser et éventuellement de réduite sa dette globale. Ceci s'accompagnant par ailleurs d'une diminution du risque de contagion à court terme.

« Toutefois, la Grèce sera toujours face à des défis de solvabilité à moyen terme: son stock de dette sera toujours bien au-delà de 100% du PIB pendant de nombreuses années et elle sera toujours face à des risques très importants de mise en œuvre de ses réformes fiscale et économique », écrit Moody's.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...