Bourse > Natixis > Natixis : Le secteur bancaire renoue avec la hausse avant un sommet crucial
NATIXISNATIXIS KN - FR0000120685KN - FR0000120685
4.825 € -1.25 % Temps réel Euronext Paris
4.878 €Ouverture : -1.09 %Perf Ouverture : 4.891 €+ Haut : 4.810 €+ Bas :
4.886 €Clôture veille : 6 022 380Volume : +0.19 %Capi échangé : 15 136 M€Capi. :

Natixis : Le secteur bancaire renoue avec la hausse avant un sommet crucial

Le secteur bancaire renoue avec la hausse avant un sommet crucialLe secteur bancaire renoue avec la hausse avant un sommet crucial

(Tradingsat.com) - Malmené depuis plusieurs séances à cause de la crise des dettes souveraines qui sévit en Europe, le secteur bancaire retrouve enfin des couleurs avant le très attendu sommet européen de jeudi, au cours duquel la Grèce sera au centre des discussions.

Le titre Société Générale se redresse de 3,5% à 34 euros, après 11 séances consécutives de baisse. Crédit Agricole et BNP Paribas grimpent d'un peu plus de 3% également tandis que Natixis rebondit de près de 4%, en tête des hausses du CAC 40.

La semaine avait pourtant très mal commencée après les résultats des "stress tests". Parmi les 91 banques européennes testées, seuls huit, dont quatre espagoles et deux grecques, ont obtenu un ratio Core Tier 1 (CT1) sous le seuil de 5% exigé par l'Autorité bancaire européenne (EBA).

"La publication des 'stress tests' bancaires, qui n'ont pas sérieusement testé un risque de défaut souverain, n'a servi à rien, et le fait que la BCE n'a pas repris les achats d'obligations des pays périphériques a pris le dessus, et accentué les inquiétudes", a commenté ce matin un analyste du CM-CIC.

"La réunion des autorités européennes ce jeudi, à l'initiative du Président de l'Europe, constitue la prochaine étape qui testera la capacité des autorités à agir face aux défis imposés par les marchés financiers", a ajouté le broker.

Trois options sont à l'étude pour le sauvetage de la Grèce avant le sommet de jeudi. Selon un document préparé le 16 juillet et que Reuters a pu se procurer, la première option s'appuierait sur un rachat de dette grecque et un rehaussement de crédit ("credit enhancement") pour le secteur privé, mais elle entraînerait probablement un défaut sélectif, voire complet, du pays.

La deuxième, qui pourrait s'appuyer sur l'une des solutions françaises de roulement (rollover) de la dette, ne comprend pas de rehaussement de crédit et n'envisage pas de rachat de dette. Elle entraînerait probablement un défaut sélectif, prévient le document relayé aujourd'hui par Les Echos.

La troisième, qui serait la moins susceptible de déclencher un défaut sélectif, prévoit la taxation du secteur financier, et proposerait également des taux plus bas et des maturités plus longues sur les fonds du FESF (Fonds européen de stabilité financière). Cette solution ne causerait en revanche probalement pas de défaut, conclut le quotidien économique.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...