Bourse > Michelin > Michelin : L'ag de michelin adoube jean-dominique senard comme futur patron
MICHELINMICHELIN ML - FR0000121261ML - FR0000121261
103.150 € -0.43 % Temps réel Euronext Paris
103.550 €Ouverture : -0.39 %Perf Ouverture : 104.100 €+ Haut : 102.850 €+ Bas :
103.600 €Clôture veille : 561 720Volume : +0.31 %Capi échangé : 18 537 M€Capi. :

Michelin : L'ag de michelin adoube jean-dominique senard comme futur patron

L'ag de michelin adoube jean-dominique senard comme futur patronL'ag de michelin adoube jean-dominique senard comme futur patron

par Helen Massy-Beresford

CLERMONT-FERRAND, Puy-de-Dôme (Reuters) - Les actionnaires de Michelin ont voté vendredi à une écrasante majorité pour que Jean-Dominique Senard succède à Michel Rollier à la tête du géant français du pneumatique.

La résolution sur le processus de succession présenté en février par l'actuel gérant commandité de Michelin a été adoptée avec 97,99% des voix lors de l'assemblée générale organisée à Clermont-Ferrand, le fief du groupe.

La date de la passation de pouvoir n'a toujours pas été précisée. Jean-Dominique Senard, actuellement directeur financier de Michelin, prendra les rênes de l'entreprise après une période de transition.

Extérieur à la famille des fondateurs, il a tenu à rassurer les actionnaires.

"Je sais, j'en suis désolé, je n'appartiens pas à la famille Michelin. Je comprends la difficulté que cela peut représenter pour vous; croyez bien que ça représente une difficulté aussi pour moi", leur a déclaré Jean-Dominique Senard.

"Je crois que ce qui compte, ce sont les valeurs dont on est porteur", a ajouté Jean-Dominique Senard, rappelant que c'est Edouard Michelin, arrière-arrière-petit-fils de l'un des deux frères fondateurs du spécialiste du pneumatique, qui l'avait appelé à rejoindre le groupe en 2005.

Interrogé en marge de l'assemblée générale sur ce passage de témoin, un représentant de la CGT a estimé que l'arrivée de Jean-Dominique Senard ne modifierait pas la donne.

"Pour le monde financier, ça ne changera rien du tout. Ce dont nous avons peur, c'est qu'il y ait encore des délocalisations, des suppressions d'emploi, des gains de productivité, de la flexibilité", a dit ce syndicaliste.

PRESSION "INCROYABLE" DES MATIÈRES PREMIÈRES

Pour expliquer le choix de son dauphin, Michel Rollier a cité lui aussi Edouard Michelin.

"Jean-Dominique Senard est un homme qui partage le même socle de valeurs que celui qui m'a convié à choisir Michelin il y a 15 ans, tout comme lui l'a choisi il y a six ans", a-t-il déclaré. "Il a une très grande expérience de direction générale, de grandes et vraies compétences en matière industrielle, une grande connaissance des milieux internationaux qui seront très appréciées."

Le futur numéro un de Michelin aura pour mission d'accompagner l'évolution de la commandite traditionnelle pour la rapprocher des standards des autres entreprises, et de poursuivre l'internationalisation du groupe dans un environnement très concurrentiel et marqué par les prix élevés des matières premières.

Jean-Dominique Senard a ainsi qualifié d'"incroyable" la pression actuelle des prix du caoutchouc et du pétrole.

"Cette année, c'est 1,8 milliard d'euros qui pèseront sur nos comptes à cause de la hausse des matières premières. Nous n'avons jamais vécu une pression aussi forte", a-t-il souligné.

"Malgré cela, nous atteindrons un résultat opérationnel en croissance (en 2011), et même si la trésorerie sera légèrement négative cette année à cause de cette incroyable pression des matières premières, ce ne sera que temporaire."

Michelin a également confirmé vendredi ses objectifs de long terme annoncés en octobre, notamment un bénéfice opérationnel avant éléments non récurrents sensiblement au-dessus de deux milliards d'euros d'ici 2015.

Le groupe a assuré en avril qu'il continuerait à compenser ces surcoûts par des augmentations de tarifs. S'ils sont retombés de 20-30% par rapport à leurs records de février en raison de l'impact du séisme japonais sur la filière automobile, les prix du caoutchouc évoluent toujours à des niveaux très élevés, notamment à cause de tensions entre l'offre et la demande.

Jean-Dominique Senard a précisé qu'étant donné l'arrivée prochaine à maturité de nouvelles zones de production, le niveau de l'offre en caoutchouc n'était pas un danger pour l'avenir, mais que la volatilité des cours en revanche était un motif de préoccupation.

Gilles Guillaume pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...