Bourse > Mbws > Mbws : Jacques rouvroy justifie ses achats d'actions contre des "fonds vautours"
MBWSMBWS MBWS - FR0000060873MBWS - FR0000060873
16.300 € +3.30 % Temps réel Euronext Paris
15.870 €Ouverture : +2.71 %Perf Ouverture : 16.530 €+ Haut : 15.750 €+ Bas :
15.780 €Clôture veille : 80 832Volume : +0.29 %Capi échangé : 462 M€Capi. :

Mbws : Jacques rouvroy justifie ses achats d'actions contre des "fonds vautours"

tradingsat

(Tradingsat.com) - Belvédère a apporté mardi des précisions concernant la séance publique de la commission des sanctions de l'AMF du 26 mai dernier au cours de laquelle Jacques Rouvroy, le PDG du groupe de spiritueux, a été entendu.

Le 27 mai dernier, Les Echos avaient indiqué que le collège de l'AMF avait requis une amende record de 1,1 million d'euros contre le dirigeant pour défaut d'information du public et manipulation de cours.

Il lui est reproché d'avoir massivement acheté des actions Belvédère pendant plusieurs mois à partir de l'été 2008, utilisant pour ce faire la trésorerie de l'entreprise, portant l'autocontrôle à 33%, sans en informer le marché.

Jacques Rouvroy "souhaite [aujourd'hui] marquer son étonnement quant au niveau totalement disproportionné des amendes demandées".

Le dirigeant a par ailleurs "tenu à préciser à la commission des sanctions que les opérations d'achat de titres opérées en 2008 et 2009 avaient uniquement un caractère défensif visant à protéger le groupe face à une agression caractérisée, orchestrée par des fonds vautours basés dans des paradis fiscaux (Caïmans, Chypre) dont la motivation essentielle était la prise de contrôle de l'entreprise en instrumentalisant une baisse irraisonnée du cours de bourse après avoir acquis la dette à un tiers du nominal environ".

Jacques Rouvroy précise qu' "il a également été rappelé lors de cette séance que cette situation a été créée par l"AMF elle-même en provoquant de façon totalement incompréhensible la reprise de cotation fin juillet 2008 alors que la société venait de se placer en procédure de sauvegarde".

Concernant l'attitude de l'AMF, le dirigeant demande ouvertement si "poursuivre un dirigeant qui lutte, seul, pour défendre une entreprise face à une agression sauvage" sert bien l'objectif de protection des actionnaires. Et aussi, "quels intérêts protège-t-on en refusant de suspendre une cotation lorsque la situation l'impose ?".


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...