Bourse > Mauna kea tech > Mauna kea tech : "Le Cellvizio intéresse pratiquement tous les domaines de la médecine"
MAUNA KEA TECHMAUNA KEA TECH MKEA - FR0010609263MKEA - FR0010609263
2.970 € -1.33 % Temps réel Euronext Paris
3.010 €Ouverture : -1.33 %Perf Ouverture : 3.020 €+ Haut : 2.950 €+ Bas :
3.010 €Clôture veille : 122 257Volume : +0.64 %Capi échangé : 57 M€Capi. :

Mauna kea tech : "Le Cellvizio intéresse pratiquement tous les domaines de la médecine"

Sacha LoiseauSacha Loiseau

(Tradingsat.com) - Alors que ses résultats 2012 ont reçu un accueil mitigé, Mauna Kea Technologie rebondit à la Bourse de Paris après l’annonce de sa première vente en Chine. La société, qui a mis au point le plus petit microscope au monde, capable de diagnostiquer des cancers de façon non invasive, suit son plan de marche. Son PDG, Sacha Loiseau, souligne les étapes importantes franchies depuis l’introduction en bourse de l’inventeur du Cellvizio

Tradingsat.com : La réaction du marché a été négative après la publication de vos comptes annuels.

Sacha Loiseau : L’augmentation des pertes était totalement prévue. Les fonds levés lors de l’introduction en bourse sont faits pour être utilisés. Percer dans le monde du dispositif médical et imposer une innovation de rupture en tant que standard de soin nécessite beaucoup de moyens. La société est maintenant structurée. Elle est entrée dans une phase où le chiffre d’affaires croît plus vite que les charges opérationnelles. Nous avons procédé à un important effort de recrutement dans le marketing, le commercial, et les affaires cliniques, afin d’avoir une visibilité mondiale, en établissant des relations avec les sociétés savantes dans les pays clés. Les essais cliniques font totalement partie intégrante de l’aspect commercial ; ils ne visent pas à obtenir un obtenir un accord réglementaire (que nous détenons depuis 2005 aux Etats-Unis et en Europe), mais à promouvoir l’utilisation de notre technologie auprès de la communauté médicale. C’est une validation clinique qui démontre clairement les bénéfices apportés par le Cellvizio chez les patients.

Tradingsat.com : Lors l’introduction en bourse en 2011, le Cellvizio était validé pour la détection de trois types de cancers en gastroentérologie. Et aujourd’hui ?

Sacha Loiseau : Les progrès ont été considérables. Depuis l’introduction en bourse, il y a eu plus de 100 publications cliniques validant le recours à la biopsie optique par Cellvizio. Parmi elles, un certain nombre ont porté sur de nouvelles indications, en plus des trois mises en avant au départ (sténoses biliaires et pancréatiques, et détection des zone cancéreuses de l’œsophage et du colon) : en pneumologie, en particulier dans le cancer du poumon, et en urologie dans le suivi des patients atteints d’un cancer de la vessie. D’autres publications concernent aussi les domaines ORL et la chirurgie. Notre technologie est une plate-forme qui intéresse pratiquement tous les domaines de la médecine. Partout où une biopsie est nécessaire pour effectuer un examen microscopique, la biopsie optique va venir améliorer la pratique actuelle.

Tradingsat.com : Votre technologie elle-même continue-t-elle d’évoluer ?

Sacha Loiseau : Effectivement, si une part importante de nos investissements porte sur le marketing clinique, ils servent aussi à maintenir notre avance technologique. Nous avons ainsi procédé l’année dernière au lancement de plusieurs nouveaux produits. Notre gamme de sondes a été élargie, avec par exemple la sonde UroFlex pour les applications urologiques, ainsi qu’une nouvelle sonde-aiguille permettant une vision en temps réel des cellules à l’intérieur des kystes pancréatiques. Enfin, nous avons également lancé le Cellvizio Dual Band, un système d’imagerie microscopique multicouleur unique au monde à destination des laboratoires de recherche.

Tradingsat.com : Quels sont vos progrès par zone géographique ? Votre stratégie marketing donne-t-elle des résultats ?

Sacha Loiseau : Nous disposons d’une force de vente directe dans trois pays aujourd’hui : les Etats-Unis, la France et l’Allemagne. Les Etats-Unis ont représenté 49% de notre chiffre d’affaires en 2012. Notre équipe commerciale s’appuie notamment sur des « vendeurs cliniques », qui vont suivre la base installée, accompagner l’intégration de la technologie dans la pratique du personnel médical. Adopter une technologie comme la nôtre constitue un changement, et tout changement nécessite un accompagnement. La hausse de 69% de nos ventes l’année dernière témoigne d’une croissance soutenue dans toutes les zones géographiques. Et 2012 a été marquée par notre entrée dans les BRIC, le Brésil, la Russie, l’Inde, et la Chine, où nous avons obtenu l’accord réglementaire en décembre et signé un partenariat de commercialisation avec Fujifilm, un gros acteur de l’endoscopie. Nous venons d’ailleurs d’annoncer la première vente du Cellvizio en Chine.

Tradingsat.com : L’entrée en vigueur des codes de remboursement aux Etats-Unis pour l’utilisation du Cellvizio a-t-elle déjà eu un impact ?

Sacha Loiseau : Le premier effet mesurable concerne l’attitude des prospects, ou des clients d’ailleurs. En accordant au Cellvizio ces codes de remboursement de catégorie 1, réservés aux technologies établies, l’American Medical Association a créé un sentiment très favorable. Nos interlocuteurs sont ainsi d’emblée plus réceptifs et plus ouverts à l’adoption de notre système. Il n’y a pas eu d’envolée spectaculaire et soudaine de nos ventes, mais c’est une étape majeure pour faire basculer le monde médical dans le pratique de la biopsie optique, en dépit de la faiblesse du contexte économique. Le Cellvizio simplifie les processus de diagnostic, il peut intéresser plusieurs spécialités médicales et donc être mutualisé entre différentes services : la gastroentérologie, la pneumologie, et bientôt l’urologie. Notre produit s’inscrit donc dans l’effort d’optimisation des dépenses de santé.

Tradingsat.com : Comment évaluez-vous le marché potentiel du Cellvizio aujourd’hui ?

Sacha Loiseau : Aux Etats-Unis uniquement, le marché oscille entre 4 000 et 8000 établissements. Il comprend de grands hôpitaux disposant de plusieurs services, qui peuvent donc potentiellement être équipés à termes de plusieurs appareils. Même chose en Europe et en Asie où l’on arrive à un potentiel de plusieurs dizaines de milliers d’instruments qui seront utilisés par différents services des hôpitaux. In fine, nous aboutissons au chiffre de 50 000, 70 000, 100 000…, mais il s’agit de marchés potentiels qui ne peuvent être quantifiés à la lettre. Sans oublier que le modèle économique repose sur la vente de consommables, qui assure une grande partie de la croissance des revenus.

Propos recueillis par François Berthon

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...