Bourse > Lvmh > Lvmh : Paris condamne les menaces chinoises sur le vin européen
LVMHLVMH MC - FR0000121014MC - FR0000121014
169.150 € -0.82 % Temps réel Euronext Paris
169.350 €Ouverture : -0.12 %Perf Ouverture : 170.100 €+ Haut : 168.000 €+ Bas :
170.550 €Clôture veille : 697 129Volume : +0.14 %Capi échangé : 85 764 M€Capi. :

Lvmh : Paris condamne les menaces chinoises sur le vin européen

Marché : La Chine va ouvrir une enquête commerciale sur les vins de l'UEMarché : La Chine va ouvrir une enquête commerciale sur les vins de l'UE

PARIS (Reuters) - La France, premier exportateur européen de vin vers la Chine, a condamné mercredi la menace brandie par Pékin de surtaxer les nectars de l'Union européenne pour protester contre l'imposition de droits antidumping sur les panneaux solaires chinois.

La position chinoise suscite une inquiétude mesurée chez les exportateurs français de vins, notamment dans le Bordelais, qui estiment que l'intérêt porté à leurs produits par les amateurs chinois ne devrait pas faiblir en dépit de ce bras de fer.

Selon les douanes chinoises, 430 millions de litres de vin ont été importés l'an dernier par la Chine, dont plus des deux tiers en provenance de l'Union européenne. Les importations en provenance de la France ont atteint 170 millions de litres.

"On essaye pour l'instant de mesurer concrètement la portée de la décision chinoise, sur quel produit ça va porter, quelles vont être les étapes", indique-t-on au ministère du Commerce extérieur. "La manière dont c'est présenté nous paraît tout à fait déplacée et condamnable, à savoir le fait que le dossier ne soit pas traité pour son économie propre mais parce qu'une décision a été prise dans un autre domaine."

François Hollande a exprimé son intention d'engager une démarche auprès de la Commission européenne pour organiser une réunion consacrée aux négociations commerciales, a déclaré la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem.

Le chef de l'Etat souhaite afficher ainsi "une solidarité de points de vue de la part des Vingt-Sept et une cohésion entre les pays européens sur ces sujets", a-t-elle ajouté.

Cette solidarité ne va pas de soi, Paris ayant salué la décision européenne de surtaxer à partir du 6 juin les panneaux solaires chinois, affirmant qu'ils bénéficiaient de subventions susceptibles de nuire aux fabricants européens, alors que Berlin avait exhorté la Commission à y renoncer pour éviter une guerre commerciale.

VIGILANCE

L'enjeu est de taille. La Chine est devenue le cinquième importateur de vins français toutes appellations confondues en valeur, avec 7% des ventes totales, derrière le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Allemagne et la Belgique selon la fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS).

Les exportations de vins français ont grimpé de 8,5% en 2012, totalisant 7,6 milliards d'euros.

"Dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale, l'instrumentalisation de notre secteur dans un différend commercial est particulièrement regrettable", estime dans un communiqué Louis Fabrice Latour, président de la FEVS, qui espère un compromis entre l'UE et la Chine.

A Bordeaux, l'enjeu est particulièrement important, la Chine étant le premier importateur mondial de l'appellation avec 72 millions de bouteilles en 2012, pour 338 millions d'euros.

"Du dumping dans les vins de Bordeaux, il n'y en a pas", a dit à Reuters Allan Sichel, président de l'Union des maisons de Bordeaux, le syndicat des négociants. "On espère qu'en le démontrant, en abordant les discussions de manière sereine avec la Chine, on va désamorcer cette bombe."

REPRÉSAILLES

Pierre Lurton, qui gère notamment château d'Yquem, propriété du géant de luxe LVMH, se montre moins pessimiste.

"Il est difficile d'apprécier les retombées de telles mesures si elles étaient prises, et je ne sais pas si les Chinois vont sacrifier leur vin préféré pour une histoire de panneaux solaires", a-t-il dit à Reuters.

La procédure lancée par le gouvernement chinois est une enquête antidumping visant les vins de l'Union européenne, un biais pour attaquer les subventions dont ils bénéficient.

Selon le site du ministère de l'Agriculture, les producteurs de vin ont bénéficié en 2011/2012 d'aides européennes dont les montants dépassent souvent le million d'euros, à l'image du numéro un du Beaujolais Georges Duboeuf (1,1 million d'euros).

"C'est la politique européenne agricole et viticole aujourd'hui, il n'y a aucune subvention à l'exportation", a affirmé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, qui évoque des aides à l'amélioration de la qualité des vins et à l'organisation commerciale de la filière.

La Chine, qui a adhéré en 2001 à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), utiliserait ainsi des mesures de représailles souvent employées dans le passé par les Etats-Unis dans leurs contentieux commerciaux avec l'Union européenne.

Washington avait ainsi frappé de droits de douanes prohibitifs le Roquefort après que l'UE eut interdit l'importation de viande américaine traitée aux hormones de croissance, prohibées dans l'UE. Ce conflit a duré 20 ans et un compromis pour y mettre un terme n'avait été conclu qu'en 2009.

Marine Pennetier, avec service France, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...