Bourse > Lvmh > Lvmh : Louis Vuitton s'améliore au 3e trimestre, le cognac à la peine
LVMHLVMH MC - FR0000121014MC - FR0000121014
175.700 € +1.50 % Temps réel Euronext Paris
174.650 €Ouverture : +0.60 %Perf Ouverture : 175.700 €+ Haut : 173.500 €+ Bas :
173.100 €Clôture veille : 755 390Volume : +0.15 %Capi échangé : 89 102 M€Capi. :

Lvmh : Louis Vuitton s'améliore au 3e trimestre, le cognac à la peine

Louis Vuitton s'améliore au 3e trimestre, le cognac à la peineLouis Vuitton s'améliore au 3e trimestre, le cognac à la peine

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - LVMH a fait état mercredi d'une légère amélioration de la croissance de sa division mode-maroquinerie au troisième trimestre et a dit s'attendre à une normalisation de ses stocks de cognac en Chine à la fin de l'année.

Le numéro un mondial du luxe, qui a publié son chiffre d'affaires sur neuf mois mardi soir sans donner d'indications sur les performances trimestrielles de ses grandes divisions, a indiqué que la mode-maroquinerie, qui loge Louis Vuitton, principal centre de profit du groupe, avait enregistré une croissance organique de 2%, après des ventes restées au point mort au deuxième trimestre.

Bien que faible, cette amélioration a permis au titre LVMH de limiter sa baisse à 0,16% à la Bourse de Paris mercredi, résistant au plongeon du CAC 40 qui a abandonné 3,6%.

Les ventes de la division ont été stables au Japon, après une forte baisse au deuxième trimestre liée aux distorsions provoquées par un relèvement de TVA dans le pays le 1er avril, elles se sont "un peu améliorées" en Europe et aux Etats-Unis, par rapport aux deuxième trimestre tandis qu'elles ont été inférieures en Chine et en Asie.

Jean-Jacques Guiony, directeur financier du groupe, a également précisé que la croissance de Louis Vuitton avait été légèrement inférieure à celle des autres marques (Marc Jacobs, Céline ou Fendi) mais que sa rentabilité restait cependant stable.

En Chine et en Asie en général, Louis Vuitton a, là aussi, fait moins bien que les autres griffes du pôle, le maroquinier souffrant du ralentissement économique du pays et d'un appétit des classes moyennes-supérieures pour des marques plus pointues et moins visibles.

Très attendu également sur l'évolution de ses ventes de cognac en Chine, LVMH a fait état d'une chute de 17% pour Hennessy au troisième trimestre (à changes constants), plombé par une poursuite des déstockages des distributeurs.

Les ventes aux détaillants étaient en baisse de 4% en Chine sur les huit premiers mois de l'année pour les qualités VSOP (milieu de gamme) et accusaient encore une chute de 15% pour les variétés XO d'eaux-de-vie plus anciennes.

Jean-Jacques Guiony a cependant dit espérer que les déstockages s'achèvent à la fin de l'année.

Il a également jugé qu'il était "trop tôt" pour juger de l'impact des remous politiques qui secouent la ville de Hong Kong, indiquant simplement que les ventes de DFS, la filiale du groupe spécialisée dans les ventes de produits détaxés aux voyageurs, étaient restées stables au troisième trimestre.

Au total, LVMH a vu sa croissance organique s'améliorer légèrement au troisième trimestre, grâce surtout aux performances des parfums et cosmétiques et de la joaillerie, aux marges nettement inférieures à celles de Louis Vuitton ou de la division vins et spiritueux.

Certains analystes estiment que le groupe a évité le pire, tandis que d'autres s'interrogent sur les perspectives de rentabilité d'un groupe dont la croissance est tirée par ses divisions les moins rentables.

(Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...