Bourse > Lvmh > Lvmh : Enquête sur les sociétés de Bernard Arnault en Belgique
LVMHLVMH MC - FR0000121014MC - FR0000121014
201.250 € +0.07 % Temps réel Euronext Paris
200.050 €Ouverture : +0.60 %Perf Ouverture : 202.400 €+ Haut : 199.350 €+ Bas :
201.100 €Clôture veille : 300 902Volume : +0.06 %Capi échangé : 102 030 M€Capi. :

Lvmh : Enquête sur les sociétés de Bernard Arnault en Belgique

Le parquet belge enquête sur des sociétés de Bernard ArnaultLe parquet belge enquête sur des sociétés de Bernard Arnault

BRUXELLES (Reuters) - Le parquet de Bruxelles enquête sur le réseau de sociétés créées en Belgique par le PDG de LVMH Bernard Arnault, rapporte mercredi la presse belge, une procédure administrative obligatoire après une demande de naturalisation, selon le groupe de luxe.

Les quotidiens L'Echo et De Tijd indiquent que les investigations menées par la section financière du parquet bruxellois ont été lancées il y a deux mois, après la demande de naturalisation déposée par Bernard Arnault.

Le parquet de Bruxelles s'est refusé à tout commentaire.

Un porte-parole de LVMH a fait savoir qu'"il s'agit d'une enquête purement administrative, tout à fait classique et obligatoire dans le cadre de la procédure d'acquisition de la nationalité belge".

Bernard Arnault a créé plusieurs sociétés en Belgique, dont un certain nombre ont leur siège social dans un même appartement de Bruxelles.

LE PDG de LVMH, l'homme le plus riche de France avait assuré en septembre que sa demande de la nationalité belge n'avait aucune motivation fiscale.

La nouvelle n'en avait pas moins suscité la polémique en France alors que le gouvernement s'apprêtait à présenter dans le cadre du projet de loi de Finances pour 2013 une nouvelle tranche d'imposition à 75% pour les revenus supérieurs à un million d'euros, une promesse de campagne de François Hollande.

La controverse a repris de plus belle ce mois-ci lorsque Gérard Depardieu a revendiqué son exil fiscal en Belgique, pays qui n'impose ni la fortune, ni les plus-values sur le patrimoine privé. "Je trouve cela assez minable", a tranché le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, commentaire auquel l'acteur a répondu par une lettre ouverte qui a sonné comme une charge contre la politique fiscale du gouvernement.

Philip Blenkinsop, avec Lionel Laurent à Paris, Marc Angrand et Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...