Bourse > Lvmh > Lvmh : Bernard Arnault renonce à demander la nationalité belge
LVMHLVMH MC - FR0000121014MC - FR0000121014
175.450 € +1.36 % Temps réel Euronext Paris
174.650 €Ouverture : +0.46 %Perf Ouverture : 175.450 €+ Haut : 173.500 €+ Bas :
173.100 €Clôture veille : 476 675Volume : +0.09 %Capi échangé : 88 975 M€Capi. :

Lvmh : Bernard Arnault renonce à demander la nationalité belge

tradingsat

PARIS (Reuters) - Bernard Arnault, PDG du groupe LVMH, a annoncé mercredi avoir renoncé à sa demande de naturalisation belge, qui avait soulevé de vives polémiques en France à l'automne dernier.

La première fortune de France explique dans un entretien publié mercredi par Le Monde avoir "sous-estimé" les conséquences de sa démarche.

"J'ai à plusieurs reprises expliqué que je resterais résident en France et que je continuerais d'y payer mes impôts. En vain. Le message n'est pas passé", dit Bernard Arnault.

Le PDG du numéro un mondial du luxe, qui a déjà essuyé deux avis négatifs de la part des autorités belges, n'avait que tardivement levé le voile sur les motifs de sa demande.

Après avoir déclenché une tempête médiatique à l'automne, il avait laissé entendre en janvier que sa demande de nationalité belge visait à organiser sa succession - via une fondation créée en 2008 - et à préserver son groupe d'un possible éclatement en cas de mésentente entre ses enfants.

Cette fondation de droit privé belge, Protectinvest - qui s'éteindra en 2023, date à laquelle son plus jeune fils aura 25 ans - gèle les participations respectives de ses cinq enfants, deux issus d'un premier mariage et trois d'un second.

Cette fondation serait devenue inattaquable par ses descendants si Bernard Arnault avait obtenu la nationalité belge. "Aujourd'hui, je préfère cette relative fragilité et je fais confiance à ma famille pour rester unie", poursuit Bernard Arnault.

Il ajoute que cette polémique pouvait finir par ternir l'image de son groupe, en France et dans le monde.

"Je ne veux plus être associé à une situation où l'on peut soupçonner que je souhaite l'exil fiscal", dit-il.

Bernard Arnault affirme aussi par ce geste vouloir exprimer son "attachement à la France" et sa "confiance dans son avenir".

LVMH réalise plus de 90% de son chiffre d'affaires à l'étranger mais "paie plus de la moitié de ses impôts en France", soit "près d'un milliard d'euros", plaide-t-il, indiquant être par ailleurs, à titre personnel, "dans le peloton de tête des contribuables français".

Bernard Arnault précise aussi "résister" aux demandes d'expatriation pour raisons fiscales de certains cadres dirigeants de LVMH. Christophe Navarre, dirigeant Moët Hennessy, la branche de vins et spiritueux du groupe, est installé à Londres mais reste résident fiscal en France, a précisé un porte-parole.

Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...