Bourse > Loreal > Loreal : L'Oréal accélère au 4e trimestre et dégage une rentabilité record
LOREALLOREAL OR - FR0000120321OR - FR0000120321
159.100 € +0.16 % Temps réel Euronext Paris
158.950 €Ouverture : +0.09 %Perf Ouverture : 161.650 €+ Haut : 158.600 €+ Bas :
158.850 €Clôture veille : 478 283Volume : +0.09 %Capi échangé : 89 061 M€Capi. :

Loreal : L'Oréal accélère au 4e trimestre et dégage une rentabilité record

L'Oréal accélère en fin d'année et dégage une rentabilité recordL'Oréal accélère en fin d'année et dégage une rentabilité record

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - L'Oréal a bouclé l'année 2013 sur une rentabilité record et sur une accélération de sa croissance grâce à sa division de produits de luxe, alors que les investisseurs se focalisent surtout sur l'avenir des 29,5% que Nestlé détient dans le capital du groupe français.

Le numéro un mondial des cosmétiques, propriétaire de Garnier, Lancôme ou Yves Saint Laurent Beauté, a vu ses ventes progresser de 2,3% à 22,98 milliards d'euros, un chiffre proche du consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 23,04 milliards, et sa croissance à données comparables atteindre 5,0%.

Sur le seul quatrième trimestre, elle a atteint 5,4%, dépassant légèrement les 4,5%-5,0% attendus par les analystes et marquant une accélération par rapport aux 4,9% des neuf premiers mois.

Cette progression a été largement tirée par les produits de luxe (Lancôme, Armani, Kiehl's, YSL Beauté), dont la croissance organique a fortement accéléré en fin d'année à 8,4% (+6,2% sur neuf mois).

Sur l'année, la division signe une performance semblable à celle des parfums et cosmétiques de LVMH (Dior, Guerlain, Givenchy) qui ont vu leur croissance atteindre 7%.

A l'inverse, la dynamique a nettement faibli dans les produits grand public (L'Oréal Paris, Garnier, Maybelline), première division du groupe, dont la croissance a reculé à 3,7% au quatrième trimestre, après 5,3% sur neuf mois.

A quatrième trimestre, L'Oréal a surtout redressé la barre en Amérique du Nord (+3,7%), où ses ventes avaient brutalement fléchi au troisième trimestre, tandis qu'il a maintenu la cadence dans les nouveaux marchés (+9,4%) et a légèrement fléchi en Europe de l'Ouest (+1,6%), dans un environnement peu porteur.

Le résultat d'exploitation, de 3,875 milliards d'euros (consensus Reuters 3,84 milliards), affiche une progression de 4,8%, tandis que la marge s'améliore de 40 points de base pour atteindre un record à 16,9%.

CONFÉRENCE MARDI

Le résultat net part du groupe ressort en hausse de 3,2% à 2,96 milliards, un chiffre proche du consensus de 3,08 milliards, et le dividende proposé est en augmentation de 8,7% à 2,50 euros par action.

"Les effets de change sont moins forts qu'attendu, la croissance organique plus forte", note Harold Thompson, analyste de Deutsche Bank qui salue aussi la nette hausse du dividende.

Fort de ces chiffres, L'Oréal s'est dit "confiant dans sa capacité à surperformer le marché en 2014", sans plus de précision.

L'Oréal tiendra une conférence de presse sur ses résultats mardi matin, où l'avenir de la part de Nestlé devrait monopoliser l'attention après des informations de presse laissant entendre que le groupe suisse étudierait les voies d'une réduction de sa part dans le groupe français.

Après maints appels du pied de L'Oréal - son PDG a d'abord déclaré que le groupe avait les moyens d'une grosse acquisition, avant d'être plus explicite et d'affirmer qu'un éventuel rachat de la part de Nestlé serait relutif sur le titre l'Oréal - certains estiment que Nestlé pourrait avoir voulu tester le marché et que la faible réaction de Nestlé en Bourse lundi(-0,07%) témoigne du peu d'entrain de ses actionnaires face à une telle éventualité.

La majorité des analystes penchent toujours pour un statu quo, Nestlé n'ayant nul besoin de cash, faute de cibles d'importance s'intégrant dans sa stratégie axée sur la nutrition, la santé ou le bien-être.

Par ailleurs, l'opération serait rendue très complexe par nombre d'obstacles réglementaires, comme celui de l'égalité de traitement de tous les actionnaires, dans le cas d'une cession de gré à gré, ou de la limite fixée à 10% du capital qu'une entreprise peut racheter, et cela tous les deux ans.

La balle reste donc dans le camp de Nestlé, qui publie ses résultats annuels le 13 février, mais qui pourrait attendre la prise de parole de son président Peter Brabeck à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires le 10 avril pour clarifier sa position.

Le président de Nestlé a fait de ce dossier une de ses principales prérogatives.

Le titre L'Oréal a fini en hausse de 4,45% à 129,00 euros à la Bourse de Paris lundi, dopé par la perspective d'un effet relutif d'une procédure d'annulation d'actions qui suivrait un rachat de la part de Nestlé. Depuis le début de l'année, le titre grappille 1%, après une progression de 21,7% l'an dernier.

Au cours de clôture de lundi, L'Oréal est valorisé à 77,57 milliards d'euros.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...