Bourse > Apprendre la bourse > Lexique Boursier

Lexique Boursier

Ordre de Bourse

Opérer en Bourse est simple. Encore faut-il trouver le bon intermédiaire, savoir être clair, poser ses conditions pour obtenir le meilleur traitement de son ordre et les frais de courtage le moins élevés possible. Il faut au préalable être titulaire d’un compte dans un établissement habilité : banques, entreprises d’investissement (comme les sociétés de Bourse – dont les brokers en ligne – ou les sociétés de gestion de portefeuilles), La Poste ou les Caisses d’épargne. C’est l’intermédiaire qui se charge de l’exécution de l’ordre ainsi que de la tenue du compte, de l’encaissement des coupons et de l’envoi d’un avis d’opéré stipulant l’exécution de l’ordre de Bourse. En fin d’année, c’est également lui qui adresse à chacun de ses clients les formulaires fiscaux nécessaires aux déclarations de plus-values et de revenus sur les dividendes perçus. L’ordre peut être passé par écrit, téléphone (suivi d’une confirmation écrite), télécopie, ou via Internet. Il doit comporter le sens de l’opération (achat ou vente), le nom de la valeur, le nombre de titres et le numéro du compte concerné. Le mode de règlement est désormais immédiat pour toutes les valeurs cotées. Le nouveau service de règlement différé (SRD) devient donc une exception, pour les seules actions éligibles à ce mode de règlement à crédit. L’utilisation du SRD engendre des frais supplémentaires. La fixation du cours et la validité de l’ordre demandent un soin particulier. S’il n’y a pas de mention de cours, l’ordre est exécuté « au marché » ou encore « au prix du marché ». Une procédure qui ne sert malheureusement pas mieux les intérêts du client, car l’ordre peut être passé en cours de séance à n’importe quel prix. Il est donc toujours préférable de préciser un cours limite, c’est-à-dire un prix maximal à l’achat et un prix minimal à la vente. La validité de l’ordre dans le temps doit être également précisée. L’« ordre jour » signifie qu’il n’est valable que pour la séance. On peut aussi passer un « ordre à révocation » qui reste valable jusqu’à la fin du mois ou jusqu’au jour de liquidation avec le SRD. L’ordre peut être révoqué à tout moment. On peut aussi fixer une date précise d’exécution.