Bourse > Lagardere s.c.a. > Lagardere s.c.a. : Lagardère prudent pour 2011, l'édition a pesé au 1er trimestre
LAGARDERE S.C.A.LAGARDERE S.C.A. MMB - FR0000130213MMB - FR0000130213
23.535 € +1.29 % Temps réel Euronext Paris
23.360 €Ouverture : +0.75 %Perf Ouverture : 23.535 €+ Haut : 23.150 €+ Bas :
23.235 €Clôture veille : 353 294Volume : +0.27 %Capi échangé : 3 086 M€Capi. :

Lagardere s.c.a. : Lagardère prudent pour 2011, l'édition a pesé au 1er trimestre

tradingsat

par Gwénaelle Barzic

PARIS (Reuters) - Lagardère a confirmé mardi sa prévision de résultat opérationnel pour 2011 en dépit d'un climat économique qu'il juge incertain, après avoir fait état d'une très légère croissance organique de son chiffre d'affaires au premier trimestre.

Le conglomérat, numéro deux mondial de l'édition de livres derrière Pearson, se montre notamment plus prudent concernant l'évolution des recettes publicitaires face à l'attentisme accru des annonceurs.

Il indique par ailleurs que la très bonne performance de sa division sports au premier trimestre, +36,8% en données comparables, n'est pas "extrapolable" pour le reste de l'exercice.

"Les évolutions observées récemment incitent à la prudence mais ne modifient pas l'objectif fixé en mars dernier d'une hausse de l'ordre de 10% du Résop média à change constant", déclare le groupe dans un communiqué.

Sur les trois premiers mois de l'année, son chiffre d'affaires s'établit à 1,8 milliard d'euros, en ligne avec les attentes du marché, soit une hausse de 3,1% à données brutes.

A données comparables, la progression ressort à seulement 0,1%, alors que des prévisions d'analystes allaient de 1,0% à 2,3%.

"DÉCEVANTS"

A 12h21, l'action Lagardère reculait de 1,9% à 29,14 euros dans une capitalisation boursière de 3,85 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, elle affiche une baisse de 5,5% alors que l'indice sectoriel européen a perdu 0,4% dans le même temps.

Les analystes d'UBS évoquent des chiffres décevants, en particulier pour la division édition, tout en estimant que l'évolution du cours devrait dépendre du succès des efforts engagés par le groupe pour rationaliser son portefeuille d'actifs.

Lagardère a reporté en mars l'introduction en Bourse des 20% qu'il détient dans Canal+ France après le séisme au Japon et la volatilité sur les marchés qui en a suivi.

"Les marchés boursiers ont plutôt bien repris mais le marché des IPO reste difficile", a constaté le directeur financier Dominique D'Hinnin lors d'une conférence téléphonique, en ajoutant que le groupe surveillerait l'IPO à venir du géant du négoce en matières premières Glencore afin de jauger l'orientation du marché.

"En fonction de cela, nous pourrions décider d'une reprise soit en juin, soit au début de l'automne après les vacances d'été", a-t-il ajouté, en précisant que cette seconde option était la plus probable.

Comme attendu, le recul des activités d'édition a été compensé au premier trimestre par la progression des recettes publicitaires et par le net rebond de Lagardère Unlimited grâce à un calendrier sportif plus favorable.

Lagardère Publishing a ainsi essuyé une baisse de 10,4% de ses ventes à données comparables, pénalisé par le tarissement des ventes de la saga de vampires à succès "Twilight" et par des difficultés persistantes en Espagne.

ESSOUFFLEMENT DU MARCHÉ PUBLICITAIRE

Les ventes de livres numériques ont en revanche bondi de 88% et représentent désormais 22% du chiffre d'affaires total aux Etats-Unis, soutenues par le niveau élevé des ventes de liseuses électroniques en fin d'année dernière, précise le groupe.

Lagardère Publishing compte renouer avec la croissance au deuxième semestre, le phénomène Twilight ayant ralenti à partir de l'été 2010 après plus dix millions d'exemplaires vendus sur les six premiers mois de l'année, a précisé Dominique D'Hinnin.

Le pôle médias, qui regroupe notamment le magazine Elle, le Journal du Dimanche et la station de radio Europe 1, a pour sa part continué de profiter de la progression des recettes publicitaires en hausse de 6% sur la période.

Le marché publicitaire a toutefois montré des signes d'essoufflement en mars et en avril, particulièrement aux Etats-Unis et dans les pays de l'ouest de l'Europe, a précisé le directeur financier, qui a évoqué l'impact de la catastrophe au Japon.

La division de services, qui comprend notamment l'enseigne de vente de presse Relay, a affiché de son côté une progression modeste de 0,9%, soutenue par les activités de détail, notamment en France (+7,3%).

Le groupe tiendra son assemblée générale mardi prochain.

Edité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...