Bourse > Lafarge > Lafarge : Lafarge cède ses activités de plâtre en australie à knauf
LAFARGELAFARGE LG - FR0000120537LG - FR0000120537
59.960 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
59.950 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 17 319 M€Capi. :

Lafarge : Lafarge cède ses activités de plâtre en australie à knauf

Lafarge cède ses activités de plâtre en australie à knaufLafarge cède ses activités de plâtre en australie à knauf

PARIS (Reuters) - Lafarge a annoncé vendredi la vente de ses activités de plâtre en Australie à son concurrent allemand Knauf pour une valeur nette de 120 millions d'euros, deuxième cession en moins de dix jours dans le cadre de son désendettement.

A la Bourse de Paris, l'action du premier cimentier mondial prend 2,69% à 40,81 euros vers 9h30, signant la plus forte hausse du CAC 40 après les banques, dopées par l'annonce d'un accord sur la Grèce.

"Le prix de cession de Lafarge Gypsum Ltd est satisfaisant", commente CM-CIC dans une note. Il souligne que la valeur d'entreprise retenue représente un multiple VE/EBIT proche de 12.

La valeur nette annoncée représente également neuf fois environ l'Ebitda de 13 millions d'euros généré l'an dernier par l'activité. L'opération doit être bouclée avant la fin du troisième trimestre, a précisé Lafarge dans un communiqué.

Le repreneur potentiel du plâtre australien est un groupe non coté qui emploie près de 23.000 salariés. Knauf est spécialisé dans les matériaux de construction et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires dépassant 5 milliards d'euros.

LA BALLE DANS LE CAMP DES AGENCES DE NOTATION

Lafarge poursuit ainsi son désengagement du plâtre, le plus petit de ses trois métiers, dans le but de réduire son endettement. La semaine dernière, il a déjà annoncé être entré en négociations exclusives avec le belge Etex pour lui céder son plâtre européen et sud-américain, soit les deux-tiers environ de cette activité, pour un montant net de 850 millions d'euros.

La sortie de cette branche d'activité fait l'objet de rumeurs récurrentes depuis de nombreuses années, mais elle est revenue sur le devant de la scène lorsque le groupe a annoncé en février un objectif ambitieux de plus de deux milliards d'euros de désendettement, pour moitié par réduction du dividende, et pour l'autre par une baisse des investissements et de nouveaux désinvestissements.

Grâce à la cession annoncée vendredi, qui vient s'ajouter à la vente d'actifs ciment et béton aux États-Unis dévoilée en mai et à la cession d'activités plâtre annoncée le 14 juillet, Lafarge dépassera largement l'objectif de désinvestissements de 750 millions d'euros qu'il s'est fixé pour 2011.

La dette du groupe, héritée en grande partie de l'acquisition de l'égyptien Oracom en 2008, atteignait 14,2 milliards à la fin du premier trimestre. La balle est maintenant à nouveau dans le camp des agences de notation. La semaine dernière, après l'annonce de la cession du plâtre européen, l'agence Standard & Poor's a fait savoir que la nouvelle n'aurait aucun effet sur les notes ou la perspective du cimentier.

S&P a abaissé en mars sa note sur Lafarge à "BB+", premier cran dans la catégorie "junk", les incertitudes entourant les perspectives d'activité suscitant toujours dans l'esprit de l'agence des interrogations sur le niveau de l'endettement du groupe.

Moody's note pour sa part Lafarge "Baa3", tandis que Fitch est à "BBB-", dernier cran de la catégorie investissement dans les deux cas.

Lafarge est encore présent dans le plâtre en Amérique du Nord et dans le reste de l'Asie. Dans cette dernière zone, le dossier d'une cession éventuelle est plus complexe en raison de sa JV avec l'australien Boral.

Gwénaëlle Barzic, avec Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...