Bourse > Lafarge > Lafarge : Aurel BGC reste à l'achat après une présentation
LAFARGELAFARGE LG - FR0000120537LG - FR0000120537
59.960 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
59.950 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 17 319 M€Capi. :

Lafarge : Aurel BGC reste à l'achat après une présentation

tradingsat

(CercleFinance.com) - Aurel BGC réitère son opinion d'achat sur Lafarge et fixe l'objectif de cours à 60 euros, au lendemain de la présentation de l'équipe relations investisseurs dans les locaux du bureau d'études, hier soir.

'Le sujet de la dette est essentiel', souligne l'analyste. Ainsi, l'équipe de Lafarge a rappelé les objectifs d'une dette nette inférieure à 10 milliards d'euros à fin 2013, niveau qu'Aurel BGC estime atteignable malgré un EBITDA attendu en baisse de 8% cette année, notamment grâce à des flux de cession estimés supérieurs à 1,2 milliard d'euros et à neuf milliards d'euros à fin 2014.

Selon l'analyste, l'autre thème central (et lié au premier) est bien sûr le plan de performance, avec la combinaison de l'impact de l'innovation sur le chiffre d'affaires (au travers en particulier d'une amélioration du prix-mix) et des efforts de réductions de coûts (dont par exemple l'utilisation accrue de combustibles alternatifs).

'In fine, l'un des objectifs clés pour Lafarge est de retrouver une notation de crédit investment grade, qui aurait un impact à la fois sur le niveau des frais financiers actuels qui baisseraient de 67 millions d'euros (base annuelle) avec la désactivation des step-up et sur le coût des refinancements futurs (gain de 100 à 120 points de base).'

Par zones géographiques, le groupe reste optimiste sur l'évolution du résidentiel neuf aux Etats-Unis, qui devrait continuer de bien se comporter (en revanche, pas d'attentes particulières concernant les infrastructures). L'Europe se stabilise : les volumes de ciments en France reculent un peu moins que prévu en début d'année, alors que le Royaume-Uni retrouve un réel dynamisme depuis plusieurs mois et que la Grèce, pour la première fois depuis 2008, a publié des volumes en hausse au troisième trimestre 2013. Quant aux émergents, ils continuent d'être bien orientés.

Aurel BGC considère enfin que les risques sont essentiellement macroéconomiques (inflation sur les coûts matières et énergies, baisse des volumes, effet devises...), géopolitiques et climatiques.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...