Bourse > Lafarge > Lafarge : La finance française s'inquiète du déclin de la place de Paris
LAFARGELAFARGE LG - FR0000120537LG - FR0000120537
59.960 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
59.950 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 17 319 M€Capi. :

Lafarge : La finance française s'inquiète du déclin de la place de Paris

La finance française s'inquiète du déclin de la place de ParisLa finance française s'inquiète du déclin de la place de Paris

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - La communauté financière française a appelé jeudi les pouvoirs publics à mettre fin à la pression fiscale qui frappe le secteur et à abandonner le projet européen de taxe sur les transactions financières pour enrayer la marginalisation de la place de Paris face à Londres.

Alors que le gouvernement veut convaincre les banques françaises d'entrer au capital d'Euronext pour former un noyau dur d'actionnaires, banquiers et sociétés de gestion insistent sur la nécessité pour la France de redresser la compétitivité et l'attractivité de sa place financière.

Lors de la présentation de deux rapports de l'association Paris Europlace, Bruno Lafont, PDG de Lafarge, a ainsi rappelé que depuis 2010 la France était tombée de la cinquième à la huitième place au palmarès des grandes places financières mondiales.

Farouchement opposées au projet de taxe sur les transactions financières, les banques soulignent de leur côté qu'entre 2010 et 2012 le taux d'imposition du résultat comptable avant impôt des établissements bancaires est passé de 38% à 63%.

"Nous observons une marginalisation progressive de la place de Paris", a déclaré Séverin Cabannes, directeur général délégué de Société générale, auteur d'un des deux rapports de Paris Europlace sur la compétitivité de la place de Paris.

"Tendanciellement, depuis 10 ans, la part de marché de Paris, sur les introductions en Bourse qu'on pourrait citer, se réduit, alors que celle de Londres n'a fait que s'accroître sur cette période", a-t-il ajouté.

"TSUNAMI"

Le thème de la surfiscalisation du secteur financier, récurrent en France, et la menace d'une taxe financière européenne sont venus ces derniers mois parasiter les discussions autour de l'avenir d'Euronext, qui sortira cette année du périmètre du New York Stock Exchange.

"Pour guérir, il faut éviter de mourir", a quant à lui renchéri Yves Perrier, le directeur général d'Amundi, filiale de gestion du Crédit agricole et de Société générale. "La TTF (taxe sur les transactions financières, NDLR) serait un tsunami pour la place financière."

Pour redresser la compétitivité de la place financière de Paris, Paris Europlace prône notamment dans ses rapports, outre l'abandon du projet de TTF, une stabilisation du cadre réglementaire et fiscal auquel est assujetti le secteur financier.

L'association recommande également de favoriser le développement de certains segments de marché comme la titrisation et les placements privés, dans le contexte de la désintermédiation bancaire dans le financement des entreprises.

Pour sa part, Yves Perrier a aussi insisté sur la nécessité d'orienter davantage l'épargne des ménages français vers les marchés d'actions.

Selon Paris Europlace, à fin 2011, l'immobilier représentait encore 68% du patrimoine des ménages français, contre 32% pour l'épargne financière.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...