Bourse > Kering > Kering : Ppr confirme son intérêt pour brioni
KERINGKERING KER - FR0000121485KER - FR0000121485
228.900 € -0.52 % Temps réel Euronext Paris
230.000 €Ouverture : -0.48 %Perf Ouverture : 230.200 €+ Haut : 228.550 €+ Bas :
230.100 €Clôture veille : 232 620Volume : +0.18 %Capi échangé : 28 905 M€Capi. :

Kering : Ppr confirme son intérêt pour brioni

tradingsat

PARIS (Reuters) - PPR a confirmé son intérêt pour le tailleur italien Brioni et estimé que la dégradation des marchés du crédit présentait un risque pour la cession de Redcats, sa filiale de vente à distance.

Le groupe propriétaire de Gucci et Puma, en plein recentrage sur le luxe et la mode sportive, poursuit des discussions depuis plusieurs semaines avec le tailleur italien haut de gamme, avait-on appris de source proche du dossier.

Selon ces sources, la société italienne serait valorisée aux environs de 350 millions d'euros.

"Nous sommes en discussions avec eux, comme avec d'autres, mais rien n'est finalisé", a déclaré le PDG de PPR François-Henri Pinault à quelques journalistes lors d'un déplacement en Chine en fin de semaine dernière, selon le porte-parole de PPR.

Le PDG a ajouté que PPR était en compétition avec d'autres, ainsi qu'avec des fonds d'investissement.

Il a également indiqué être intéressé par des marques chinoises ayant une "forte identité", tout en indiquant ne pas en avoir trouvé à ce jour.

Interrogé sur le processus de vente de Redcats (La Redoute, Vertbaudet ou Cyrillus), François-Henri Pinault a reconnu que la dégradation des marchés du crédit risquait de compliquer l'opération.

"L'accès au crédit est crucial. Il y a un risque, c'est sûr, et nous regardons ça de près", a-t-il déclaré.

PPR était en passe fin juillet de lancer le processus de cession de Redcats, dont il entendait tirer entre 1,5 milliard et 2,0 milliards d'euros.

Avec la tourmente qui s'est emparée des marchés financiers, les problèmes de valorisation qu'elle pose et la dégradation des marchés du crédit, nombre de banquiers d'affaires craignent un coup d'arrêt à la reprise des opérations de fusions-acquisitions entamée cette année.

Déjà, certains observateurs doutent que les enchères organisées pour Redcats puissent aboutir.

Pascale Denis, avec Astrid Wendlandt édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...